INSOMNIA
« J'ai tendu des cordes de clocher à clocher ; des guirlandes de fenêtre à fenêtre ; des chaînes d'or d'étoile à étoile, et je danse. »

Insomnia :

 :: PREMIER CHAPITRE DU LIVRE :: THE INTRODUCTION • PRÉSENTATIONS
Three Months in the [concrete] Jungle



 
Derniers sujets

Three Months in the [concrete] Jungle


Colonel Sebastian Moran
Création

date de parution : 1903
Date d'arrivée : il y a 2 ans
Métier : journaliste
Moyen
Avatar : Akai Shuichi - Détective Conan

 C'est Arsène, qui n'a visiblement pas de vie.

Histoire
Quelques jours après son arrivé à Insomnia, le Colonel Moran s’était assis à la table de sa salle à manger pour écrire un résumé de son ancienne vie. Certes, les livres de Sir Conan Doyle pouvait être facilement trouvable ici, mais ils avaient toujours apprécié écrire sur lui-même, et ce qu’il avait accomplis. C’était aussi un moyen de ne pas oublier qu’il avait réellement vécu tout cela. Dans un carnet qui n’était pas d’une grande qualité, il avait commencé par rédiger le paragraphe suivant :

Ma vie fictive, si je devais en faire un résumé, était celle d’un soldat talentueux, un tireur d’élite et grand sportif. Mais aussi celle d’un homme attiré malgré lui par le Mal. Doyle avait créé la parfaite raclure le parfait bras droit pour accompagner le professeur Moriarty.

Puis, il commença son autobiographie en incluant tous les détails dont il se souvenait.

Fils de Sir Augustus Moran, un compagnon de l’Order of the Bath, ainsi qu’ambassadeur du Royaume-Uni en Perse, j’étais né à Londres en 1840. J’avais effectué mes études au collège d’Eton puis à l’université d’Oxford, avant de de finalement me lancer comme mon père dans une carrière militaire. J’avais été engagé dans le 1st Bangalore Pioneers, un régiment de l’Armée des Indes inventé par Doyle, mon soi-disant “auteur” et “vrai père” ; celui qui m’avait créé. Dès lors, j’enchainais les batailles.
J’avais servit lors de l’expédition Jowaki de 1877 à 1878, ainsi que la deuxième guerre anglo-afghane, au cours de laquelle je combattit à la bataille de Char-Asiab le 6 octobre 1879, et pendant le siège du camp de Sherpure le 23 décembre 1879… Entre autre.
En 1881, j’avais publié le livre “Heavy Game of the Western Himalayas”, puis “Three Months in the Jungle” en 1884. Personne ne soupçonnait le colonel Moran ; dont on discutait les glorieuses réussites et son incroyable courage ; soldat remarquable qu’il était ; d’être un abjecte criminel.


“Abjecte” était un bien grand mot. Il n’y avait pas de mal à se faire de l’argent sur ce que l’on faisait de mieux : tuer. On avait dit de lui qu’il était le deuxième homme le plus dangereux de Londres, après Moriarty.

Il n’y avait eu aucun scandale, mais je fus obligé de me retirer de l’Armée des Indes et de retourner à Londres. Habitant de Conduit Street dans le quartier de Mayfair, membre de clubs huppés, je menais la vie d’un riche homme respectable.

Il aspirait d’ailleurs à grimper à nouveau l’échelle sociale. Hors de question de rester pauvre toute sa vie. Même quelqu’un comme lui, qui pouvait se contenter de rien, avait besoin de luxe et de confort.

Pourtant, dans le monde de la pègre, on savait parfaitement quel être malfaisant j’étais. Si bien, que j’ai été recruté par le professeur Moriarty et devint le chef d’équipe de son empire criminel, ainsi que son assassin pour des exécutions qui nécessitaient mon talent en tire.

Ce que l’on appelle maintenant des snipers” pensa Moran. Il fit une pause dans son écrit, se servant un verre de Brandy qu’il sirota calmement, l’esprit plongé dans quelques souvenirs, avant de reprendre.

Cela dura quelques années, jusqu’en 1891 plus précisément. Moi qui pensais Moriarty invincible, l’homme perdit pourtant son réseau criminel ; l’oeuvre de Holmes. Je réussis cependant à échapper aux accusations que l’on avait faites contre moi, et suivit le génie du crime jusqu’aux chutes du Reichenbach.

Il se souvenait parfaitement de ces chutes, en mal : il y avait perdu un ami et un précieux allié.  

Moriarty perdit la vie, tué par Holmes ; certes de la légitime défense, mais ce n’était pas mon problème. Tout ce que j’avais vu était mon mentor chuter. Jurant de le venger, j’avais provoqué une avalanche pour tenter d’éliminer le détective. Ce que je ne savais pas, c’était qu’il y avait échappé.
De retour à Londres, ayant tout perdu du jour au lendemain hormis ma réputation, je fus forcé de gagner ma vie en jouant aux cartes ; chose qu’il m’arrivait de faire encore aujourd’hui. Ronald Adair, un autre joueur qui avait découvert que je trichais, avait menacé de dénoncer les crimes que j’avais commis. Je l’avais assassiné un 30 mars 1894, avec une arme faite par un mécanicien d’origine Allemande selon les instructions de Moriarty.


Un fusil à air comprimé pouvant tirer des balles de revolver” se souvenait Moran. Il aimerait pouvoir remettre la main sur une telle arme. Bien que cette ville avait sûrement quelque chose de plus… élaboré.

Peu après son assassinat, Holmes réapparu miraculeusement et, accompagné du Dr Watson, il prit l’affaire en main.
Je voulais que ce sale détective retourne en enfer une bonne fois pour toute… Malheureusement, celui-ci s’attendait à ma vengeance et avait pris les précautions nécessaires.  


Il arrêta amèrement son récit ici. Il n’avait plus rien de glorieux à écrire. Caché dans une Maison vide - “le titre de la nouvelle de Doyle” notait-il ”il ne s’était pas torturé l’esprit” - en face du fameux 221B, Sebastian avait tiré sur ce qu’il pensait être Sherlock Holmes…
Et finalement, c’était un stupide mannequin.”    

Reprenant son stylo, il acheva tout de même son ancienne biographie :

Je fus arrêté par l’inspecteur Lestrade qui était planqué dans la même Maison. Puis plus rien. Puis Insomnia.

...Et le désastre.

Insomnia, n’avait jamais eu de couleur. Tout était noir, blanc, gris. Je fuyais la lumière qui me faisait souffrir et vivait la nuit. Insomnia, se moquait de moi de la pire des façons. Je voyais trouble, mal. J’avais perdu ce qui me caractérisait, ce qui avait fait de moi le Colonel Sebastian Moran : le regard d’un tireur d’élite.
J’étais atteint d’achromatopsie.


Moran resta un instant sans bouger, avant de jeter rageusement son stylo sur le bureau et s’allumer une cigarette, faisant les cent pas dans la pièce ; comme un tigre qui rôdait en cage, attendant d’être libéré pour le dîner.
Le dîner qui ne viendra jamais…

Après quelques minutes passés à remettre ses émotions en ordre, il retourna s’assoir sur sa chaise, cigarette toujours en bouche.

Je suis obligé de porter des lunettes de soleil en extérieur, sinon je suis limite aveugle. Mes yeux ont du mal à suivre quelque chose qui se déplace vite - ou ne le voit - et je ne peux lire uniquement si les lettres sont très proche de mon visage ou en gros caractères.
Je ne peux plus voir de loin. Je ne peux plus tirer comme avant. Et ça me manque et me bouffe tous les jours. Alors, pour pouvoir un peu d’action dans ma vie, je suis devenu journaliste.


Il continuera à l’être jusqu’à ce qu’il ne puisse plus, puis deviendra sans doute écrivain… En tous cas, il refusait d’être défaitiste.

Mais je ne renonce pas à la “chasse” : mes autres sens sont à ma disposition pour exécuter ma cible. L’odorat, l’ouïe, et même les ombres... Je veux être prêt pour mes retrouvailles avec le professeur Moriarty.

Sherlock aura du soucis à se faire, car il ne le lâchera pas.

En attendant, je ne pense pas être encore apte à tirer sur des cibles humaines sans me faire attraper par la police. Je m’entraine au stand de tire, ou sur quelques poubelles le soir...
J’ai également songé à former un réseau criminel… Comme avant.
Je suis un homme de l’ombre. Le monde du crime est celui auquel j'appartiens.  
J’ai besoin de tuer.


“Patience, mon bon Moran… Un jour ou l’autre tu pourras agir.”

Sebastian referma le carnet et, décidant qu’il était enfin l’heure de sa balade nocturne, se leva pour éteindre la lumière de son appartement.

Caractère
Qualités
  • • Loyal (avec peu)
  • • Sang-froid
  • • Rusé
  • • Courageux
  • • Ambitieux
  • • Respectueux (avec peu)
  • Défauts
  • • Malfaisant
  • • Sans pitié
  • • Vengeur
  • • Calculateur
  • • Têtu
  • • Vantard
  • ▶️ Plus tard
    Sebastian Moran
    Guillemet ouvrantGuillemet fermant
    Citation : Votre citation ici.
    Emploi : Votre emploi
    DC : Arsène Lupin ; Yûichi Minami
    Crédits : Akai Shuichi - Détective Conan
    Ptdr t ki
    J'me sens un peu menacé, je sais pas pourquoi.
    1vs1 derrière Carrefour ?


    REBIENVENUE SEBY :whut: J'approuve totalement du Détective Conan. :plz:
    J'te vole direct un rp à ta validation, dear :huhu:

    HAVE FUN <3
    Séparateur



    SHAME ON SHERLOCK:
     

    Sherlock Holmes
    Guillemet ouvrantGuide du bas de la falaiseGuillemet fermant
    Citation : Mediocrity knows nothing higher than itself; but talent instantly recognizes genius.
    Emploi : Détective privé
    DC : Gavroche || Edgar A. Poe
    Crédits : James Barnes || Marvel
    FRÉROOOOOOOOOOT :whut: ! Ok en vrai Jawn est pas super content MAIS BON ON VA DIRE QUE COUCOU /PAN

    Courage pour ta fiche :huhu:
    Séparateur


    John H. Watson
    Guillemet ouvrantCan break all your bones while naming themGuillemet fermant
    Citation : So silent and furtive were his movements, like those of a trained bloodhound picking out a scent, that I could not but think what a terrible criminal he would have made had he turned his energy and sagacity against the law instead of exerting them in its defence.
    Emploi : Médecin.
    DC : Barbe Bleue ♚ Merzhin ♚ Émile Zola
    Crédits : Steve Rogers - Marvel
    Sherly > ptdr
    ton pire cauchemar (après Moriarty, mais avant la falaise tout de même faut pas déconner)
    quand tu veux pour le 1vs1
    ET MERCIIII hâte de te chasser dans toute la ville

    Jawn > Mais siii il va voir, ça va bien se passer. Merci :huhu:
    Sebastian Moran
    Guillemet ouvrantGuillemet fermant
    Citation : Votre citation ici.
    Emploi : Votre emploi
    DC : Arsène Lupin ; Yûichi Minami
    Crédits : Akai Shuichi - Détective Conan



    Bienvenue encore une fois <3 :uuh: !!
    Tu fais que des bruns toi :doge: fétichise :hinhin:



    Séparateur








    true side:
     


    Murasaki Shikibu
    Guillemet ouvrantStalkeuse ImpérialeGuillemet fermant
    Citation : Peu d'hommes peuvent se vanter d'avoir côtoyé l'amour avec emprise et dextérité, sans en avoir eu les malheureux retours.
    Emploi : Musicienne et Poète.
    DC : Guy de Maupassant - Don Juan
    Crédits : Tonbokiri - Tôken Ranbu
    Contenu sponsorisé
    Guillemet ouvrantGuillemet fermant
    Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

    Sauter vers:  
    copyright & crédits
    © Copyright : Le thème graphique et codé d'Insomnia appartient à ses créateurs. Le code des sujets et messages a été fait par Cheshire d'Epicode. Un énorme et tout spécial merci à Atols pour avoir réglé de nombreux codes, et sans qui cette mise à jour aurait été un échec. Le code des MPS est celui d'Awful. La liste des membres a été faite par Linus. Le reste du code et du graphisme appatient au staff tout entier d'Insomnia, merci de ne pas y toucher (ou demandez-nous avant, des fois on mord pas, et parfois on arrache pas de jambes). Insomnia est le fruit d'heures et d'heures de travail, nous demandons donc un minimum de respect envers notre travail. Nous tenons également à remercier les membres qui aident lors des mises à jour. Pour voir le restant des crédits, c'est par ici ~
    marques pages récents
    les chapitres ouverts
    LIEUTENANT KIJÉ pousse toutes les portes de la ville pour en apprendre plus sur le monde qui l'entoure. Ouvrirez-vous la porte ?
    PANDORE est perdu dans les rues d'Insomnia qu'il découvre. Quelqu'un sera assez gentil pour lui servir de guide ?
    YÛICHI MINAMI est un acteur en manque de contact qui ne soit pas fictif. Qui saura ranimer la flamme de son humanité ?
    © COPYRIGHT : Tous droits réservés.