INSOMNIA
« J'ai tendu des cordes de clocher à clocher ; des guirlandes de fenêtre à fenêtre ; des chaînes d'or d'étoile à étoile, et je danse. »

Insomnia :

 :: PREMIER CHAPITRE DU LIVRE :: THE INTRODUCTION • PRÉSENTATIONS :: LES ŒUVRES PUBLIÉES
Lieutenant Kijé ✒️ Une coquille pas tout à fait vide



 
Derniers sujets

Lieutenant Kijé ✒️ Une coquille pas tout à fait vide


Пору́чик Киже́
Indépendant

XIXe siècle
Arrivé il y a quelques semaines
Employé de reprographie
Sans le sou
Archer ~ Fate Grand Order

Ici Marcel ! Avec sans doute l’histoire la plus courte que j’ai jamais écrite xD

Histoire
L’erreur est humaine. Cela arrive à tout le monde, d’être distrait, de mettre une lettre en trop, un espace là où il ne faut pas, et d’envoyer un document sans se relire. Et puis il faut s’imaginer un monde sans photocopieuses, sans traitement de texte et sans imprimantes de bureau, où la reproduction de la majorité des documents se faisait à la sueur du front de scribes sous-payés et surchargés.

La légende veut donc qu’un beau jour de son règne éphémère, Paul Ier, tsar de toutes les Russies, signa un décret promouvant des enseignes au grade de lieutenant, décret dans lequel, au lieu de пра́порщики ж… (quant aux enseignes, etc.), un de ces fameux scribes sous-payés et surchargés avait écrit пра́порщик Kиж… (l’enseigne Kijé, etc.). Personne n’y fit alors trop attention ; et, l’avancement suivant son cours, le lieutenant Kijé fut ensuite promu capitaine en temps et en heure. Puis, comme ses états de service restaient sans tache, rien ne s’opposait à ce qu’il devînt colonel. Alors, le tsar, qui aimait connaître ses officiers — ne serait-ce que pour trouver des prétextes à les envoyer en Sibérie à pied — demanda à ce qu’on lui présente le tout nouveau colonel Kijé. Consternation de tous les généraux russes, de Minsk à Iekaterinburg : il n’y a pas de Kijé, dans aucun de leurs régiments.

Ah, si tout cela était arrivé sous le règne de la grande Catherine ! Les généraux embarrassés auraient raconté leur affaire à Potemkine ; le cyclope aurait expliqué à l’impératrice cette charmante erreur, elle en aurait ri, ils auraient fait l’amour, et le lendemain tout aurait été oublié. Mais Paul n’était pas comme sa mère, c’était même son seul principe de gouvernement. Il ne pardonnait ni n’oubliait rien, surtout les plus petites fautes. Aussi, après avoir inventé quelques prétextes aux retards de Kijé, pour échapper à la menace de la Sibérie, les généraux se résolurent à porter une terrible nouvelle au tsar : le colonel venait de mourir.

Dommage !” s’exclama le tsar. “C’était un brave officier.

Malgré ce grade honorable, c’est sa première promotion qui a le plus marqué Kijé, celle par laquelle commencent toutes les versions de cette histoire qui a continué de circuler bien après que Paul Petrovitch est revenu dans les bras de Dieu — un peu aidé, il faut le dire, par les anciens amants de sa mère qui lui ont brisé le crâne et la nuque. De cette belle carrière pourtant, il n’a pas gardé beaucoup de souvenirs. Cela le gêne ; il aurait bien aimé avoir quelques histoires de guerre ou de garnison à raconter… Rien n’y fait, il a la tête vide, et qui plus est, il doit passer le plus clair de son temps à avoir faim, soif, mal et sommeil, et à essayer d’y remédier.  

C’était quand même plus simple avant ! Mais avant, quand Kijé n’avait à se soucier que d’être promu et de rester humble face à son avancement, il n’avait pas la liberté d’aller et venir, de s’émerveiller devant chaque nouvelle porte qu’il poussait, de demander “Et ça, dites, à quoi ça sert ?”... Une chose en particulier le fascine, ce sont ces grosses machines auxquelles on donne à manger une feuille, et qui la recrachent en dix copies conformes. Des anti-Kijé, en somme. Mais cela lui va très bien, puisqu’il peut se dire que dans un monde qui s’est débarrassé des copistes au profit des copieurs, il sera vraiment unique.

Le patron de l’imprimerie à laquelle Kijé ne pouvait s’empêcher de revenir a fini par lui proposer, puisqu’il aimait tant ses machines, de le remplacer un peu dans la boutique, et de lui donner ainsi le temps de faire des choses un peu plus intéressantes. Il aurait pu revenir là-dessus après avoir découvert le penchant de Kijé pour appuyer sur tous les boutons de la caisse — heureusement, celle-ci a planté avant que le pauvre lieutenant ne puisse faire de dégâts —, mais quand on ne rêve que de passer ses journées à taquiner le poisson dans la rade d’Insomnia, et qu’un gars pas très exigeant se présente, il faut savoir faire des concessions. Un jour, Kijé comprendra qu’un salaire est censé permettre d’acheter un peu plus que trois sandwiches par jour, et qu’un fauteuil de bureau, si ergonomique soit-il, ne vaut pas un matelas ; un jour, oui, mais en attendant, que de choses plus importantes à découvrir !
Caractère
Qualités
  • • Curieux
  • • Ordonné
  • • Observateur
  • • Serviable
  • • Apprend rapidement
  • Défauts
  • • Ignorant
  • • Maladroit
  • • Crédule
  • • Pointilleux
  • • Aucun sens des priorités
  • ▶️Un colonel russe ? … Vraiment ?
    Mais oui, vraiment. Pourquoi, vous en avez déjà vu beaucoup, des colonels russes ?
    Non, mais, enfin…

    A ceux qui le trouvent un peu trop basané pour un Russe, Kijé pourrait opposer le cas du général Hannibal, le filleul africain de Pierre le Grand ; et celui-là n’a pas existé que sur le papier. Cependant, il ne connaît pour ainsi dire rien sur son pays natal, ni d’ailleurs sur aucun autre. Il se contente donc de hausser les épaules. Certes, avec sa tendance à poser des questions à tous et sur tout, et son habitude d’examiner tout ce qu’il ne connaît pas, sa tête devrait se remplir assez vite ; et au moins, ce colonel-là ne risque pas de radoter sur son existence d’avant, puisque celle-ci tient en trois lignes. En attendant, sa cervelle — état neuf, jamais servi — passe par une phase difficile, comme on peut s’y attendre de la part d’un homme qui sort tout juste des cartons de l’administration.

    De sa mère, justement, Kijé ne sait rien non plus, mais il a hérité de sa myopie — au sens figuré, les lunettes ne sont là que parce qu’il en a ramassé une jolie paire. Il a le sens du détail, c’est indéniable. Indéniable aussi est son talent pour s’y noyer comme dans un verre d’eau. Il manque de vision d’ensemble, et, ne sachant pas encore ce qui est important dans la vie, il se laisse facilement absorber par des bagatelles. Comme l’administration aussi, il aime avoir des règles et un cadre précis, changeant aussi peu que possible. Malheureusement, le corpus dont il aurait besoin n’est écrit nulle part. C’est donc à lui de le faire : et dès qu’il croit avoir identifié une règle essentielle de la vie dans le monde réel, il est fâché quand les autres y dérogent, et ne manque pas de les reprendre, avec l’audace des imbéciles. Ce n’est quand même pas compliqué, de veiller à ce que chaque chose soit à sa place ! Il suffit de voir Kijé, qui met seulement un quart de ses journées à s’en assurer.

    L’administration n’est pas non plus connue pour son sens critique. Quand on voit jusqu’où peut mener une erreur d’inattention ! Kijé est pire encore, il n’a même pas assez de dossiers constitués pour lui dire à quelle source il peut se fier, ou même ce qui est vraisemblable ou ce qui ne l’est pas. D’aucuns pourraient profiter de cette naïveté...

    Kijé en sait encore moins long sur son père, le secrétaire. Mais sans doute, pour ce qui est de la distraction, il a une hérédité chargée. Au moins, pour peu qu’il reste concentré sur ses phrases, le lieutenant a une écriture impeccable. Et puis, fils de subalterne, il est fait pour rester lui-même subalterne ; il est tout à fait capable d’inventer des initiatives à prendre, mais quant à les faire suivre, c’est une compétence qu’il n’acquerra qu’avec des années de pratique, s’il l’acquiert un jour. En attendant, l’obéissance lui convient plus, et il s’applique même à essayer de devancer les ordres. Malheureusement, ses qualités d’anticipation ne sont pas encore à la satisfaction de tout le monde.

    Pour en revenir au corps qui enfreint peut-être quelque règle élémentaire sur l’aspect des colonels russes, cela ne fait rien, Kijé l’aime quand même. D’abord parce que grâce à ce tas de chair et d’os, personne ne peut douter de son existence, ni prétendre qu’il est introuvable. Et puis cela lui va bien, d’être long et souple, comme ces traits de plume qui rendent la paperasse du XVIIIe siècle si agréable à l’oeil. Kijé n’a pas encore bien la maîtrise de sa carcasse, mais ce n’est qu’un détail ; cela aussi, il a tout le temps de l’apprendre.

    Kijé aime la simplicité vestimentaire. Preuve qu’il n’est pas sorti de l’esprit du tsar dont le plus grand loisir était d’habiller ses soldats de guêtres à trente-six boutons et de vestes à double parement. Heureusement, d’ailleurs, que le lieutenant de papier ne connaît rien au règlement tatillon des uniformes russes, sinon il serait sans doute pris d’une folle envie de tondre sa belle tignasse noire, si épaisse et si incoiffable — avant de se rendre compte qu’il n’y a pas de perruquier en Insomnia. Quant à sa tenue, elle a de quoi désespérer tous les militaires du siècle avant-dernier : et encore, il tient tout de même à la cravate. Etrangement, malgré sa maladresse, il n’a pas encore découvert la première règle de l’existence : quand on porte du blanc, attention aux taches !
    Lieutenant Kijé
    Guillemet ouvrantIndépendantsGuillemet fermant
    Citation : This is the story of a spelling mistake...
    Emploi : Employé de reprographie
    DC : Marcellin de Marbot
    Crédits : Archer - Fate Grand Order
    Marcel /PAN
    Re-bievenue à toi par ici, j't'explique pas le fonctionnement hein tu connais la maison depuis le temps :huhu:

    COURAGE POUR FINIR TA FICHE :whut:
    Séparateur


    John H. Watson
    Guillemet ouvrantCan break all your bones while naming themGuillemet fermant
    Citation : So silent and furtive were his movements, like those of a trained bloodhound picking out a scent, that I could not but think what a terrible criminal he would have made had he turned his energy and sagacity against the law instead of exerting them in its defence.
    Emploi : Médecin.
    DC : Barbe Bleue ♚ Merzhin ♚ Émile Zola
    Crédits : Steve Rogers - Marvel
    NA NA NANANA NA NA NANANA NA NA NAAAAA :whut:
    C'était Romance du Lieutenant Kijé par Prokofiev, bien évidemment :hinhin:

    SINON BON COURAGE POUR CETTE FICHE PROMETTEUSE
    Séparateur


    Sergueï Prokofiev
    Guillemet ouvrantTrop bon, trop conGuillemet fermant
    Citation : Le mérite principal de ma vie (ou, si vous préférez, son principal inconvénient) a toujours été la recherche de l'originalité de ma propre langue musicale. J'ai horreur de l'imitation et j'ai horreur des choses déjà connues
    Emploi : Masseur kinésithérapeute
    DC : Lilith
    Crédits : Aizawa Shouta - Boku no Hero Academia

    bravo tu es validé !

    Un personnage très particulier et très intéressant pour la simple et bonne raison qu'il n'a pas d'histoire ! C'est vraiment très original et j'aime beaucoup l'idée du personnage fantôme qui n'a jamais existé même dans sa propre légende. Enfin c'est super comme toujours, un style drôle et facile à lire, et une "histoire" complète ! Bref je te valide ♥️ Bienvenu parmi nous à nouveau et amuse toi bien sur Insomnia

    Maintenant que tu as rempli la tâche qu'était de remplir ta fiche, je t'invite à aller remplir de quoi finaliser ton inscription.Pour recenser ton avatar, c'est par ici. Pour que ton personnage ait un lieu de travail, je te conseille également de te rendre pour remplir un formulaire et obtenir un logement. De même si tu veux un joli rang sous ton pseudo, tu peux venir en réclamer un à cet endroit. Et le plus important, n'oublie pas de recenser ton métier et d'où vient ton personnage' ♥️ !
    Oh et, si tu possèdes un DC/TC, viens le recenser par ici et pour finir (oui c'est long) pour ton pouvoir (si tu en as un) ~ !
    Séparateur






    Sir Arthur Conan Doyle
    Guillemet ouvrantThe Knight The PatriotGuillemet fermant
    Citation : End? No, the journey doesn't end here. Death is just another path, one that we all must take. The grey rain-curtain of this world rolls back, and all turns to silver glass
    Emploi : Médecin légiste
    DC : Mozart/ Le Chat Noir
    Crédits : Ookurikara , Tôken Ranbu
    Contenu sponsorisé
    Guillemet ouvrantGuillemet fermant
    Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

    Sauter vers:  
    copyright & crédits
    © Copyright : Le thème graphique et codé d'Insomnia appartient à ses créateurs. Le code des sujets et messages a été fait par Cheshire d'Epicode. Un énorme et tout spécial merci à Atols pour avoir réglé de nombreux codes, et sans qui cette mise à jour aurait été un échec. Le code des MPS est celui d'Awful. La liste des membres a été faite par Linus. Le reste du code et du graphisme appatient au staff tout entier d'Insomnia, merci de ne pas y toucher (ou demandez-nous avant, des fois on mord pas, et parfois on arrache pas de jambes). Insomnia est le fruit d'heures et d'heures de travail, nous demandons donc un minimum de respect envers notre travail. Nous tenons également à remercier les membres qui aident lors des mises à jour. Pour voir le restant des crédits, c'est par ici ~
    marques pages récents
    les chapitres ouverts
    LIEUTENANT KIJÉ pousse toutes les portes de la ville pour en apprendre plus sur le monde qui l'entoure. Ouvrirez-vous la porte ?
    PANDORE est perdu dans les rues d'Insomnia qu'il découvre. Quelqu'un sera assez gentil pour lui servir de guide ?
    YÛICHI MINAMI est un acteur en manque de contact qui ne soit pas fictif. Qui saura ranimer la flamme de son humanité ?
    © COPYRIGHT : Tous droits réservés.