INSOMNIA
« J'ai tendu des cordes de clocher à clocher ; des guirlandes de fenêtre à fenêtre ; des chaînes d'or d'étoile à étoile, et je danse. »

Insomnia :

 :: PREMIER CHAPITRE DU LIVRE :: THE INTRODUCTION • PRÉSENTATIONS :: LES ŒUVRES PUBLIÉES
Irene Adler - For him, she is always THE woman.



 
Derniers sujets

Irene Adler - For him, she is always THE woman.


Adler Irène
IRAË

Un scandale en Bohême - 1891
Arrivé il y a quelques mois tout juste
Chanteur d’Opéra
Riche
Sebastian de Black Butler

 Wha la pire partie de la fiche beurk. Brefle, je suis une toute jeune trentenaire, de retour du Japon, qui fait du RP  depuis environ une dizaine d’années maintenant avec des hauts et des bas. J'arrive suite a un vocal entre le spoil et le sel qui m'a juste trop hypée ! Voila !

Histoire
Alors que le soleil caresse son visage depuis quelques heures déjà, il entend la sonnerie presque chantante du réveil électronique sur sa table de chevet. En se retournant, Irène sent comme une gêne à laquelle, il doit encore s'habituer en sortant de son sommeil, et c'est d'un torse toujours imberbe mais bien plat que vient le premier soupir de la journée. 

Il a hâte que ce moment disparaisse. Cet instant entre torpeur et éveil où il croit toujours être dans son appartement de New York, auprès de son mari, dans une époque qu'il a, lui-même, du mal à situer, puisqu'étant seulement celle de cette femme, issue d'un roman dont il se souvient comme un souvenir un peu trop enivrant. Souhaitant à nouveau se retourner dans les draps, retourné dans les bras de Morphée, il rencontre un corps légèrement  zébré des marques de la nuit précédente. Désirs inavoués qu'il ne se gêne pas de faire éclore et de documenter.

Après un sourire, et un baiser étudié dans sur le front du chef d'orchestre, celui—là même dont les revenus ont payés l'appartement pourtant à son nom, Irène se lève et se dirige vers la salle de bain. Face au miroir, des moments de ce récit qui était sa vie lui reviennent. Le silence, ce regard dans le vide lui rappelle les deux traversées qu'elle a faites de l'Atlantique. 

La première, comme cette gamine du New Jersey. Naïve, étant juste repérée pour aller chanter à Milan. La Scala, rien que ce nom la faisait frissonner d'impatience à l’époque. Une gamine jolie, mais certainement pas prête à affronter le monde qu'elle a pris en pleine figure dans les premières représentations. Rivalités, coups bas, mesquineries... et tout ce qui lui a permis de comprendre le pouvoir d'une femme dans un univers ou les hommes se croient tous roi. Jusqu’à en faire plier de véritables monarques. Par sa voix, puis ses charmes, à Milan puis à Varsovie. Une mission sans en être une. Une cour qui la mettait à l'abri de petits jeux trop faciles à gagner dans les coulisses des opéras qu'elle enchaînait. 

Quand ce prince avait pris son tour dans la farandole de bien nés à ses pieds, elle n'avait pensé une nouvelle fois qu'à sa retraite de l’opéra. Un souvenir qu'elle pourrait avoir pour se protéger. Une armure de mesquinerie qui lui permettrait de leur échapper à tous. Pour vivre la vie respectable d'une femme mariée, sincèrement amoureuse depuis quelques mois, pour la première fois.

La seconde traversée, s’était faite ainsi, une femme avec la bague au doigt, à qui l'on avait quelque part volé le plus beau jour de sa vie sans pour autant s'excuser ou qu'elle ne le regrette. Mais une femme totalement libre. Son armure bien enfilée dans la poche de sa robe, son prince charmant à ses côtés, debout en regardant l'Angleterre s’éloigner. Et pourtant cette rencontre qui l'avait obligée à fuir aussi vite qu'elle ne l'avait jamais fait. Une rencontre avec ces deux hommes, ce duo si bien assorti et pourtant totalement dissonant. Ce couple qui lui avait alors offert de sentiment de puissance et de victoire qui déposer un goût si doux sur sa langue. 

À l’époque, elle avait dû se forcer à les chasser de son esprit, ce monsieur Holmes et son acolyte, pour profiter pleinement de sa vie. LEUR vie. Celle d'un avocat et de son épouse, sans autres bagages que leur argent et leur amour. Et puis, peut être à cause d'une trop grande quiétude de sa part, les années n'avaient pas duré comme elle l’espérait. 

Elle ne savait pas exactement quand monsieur Holmes était arrivé chez elle. Elle avait très peu fait attention, remarquant seulement le palefrenier un peu vieux et avec de trop belles manières dans sa maison de Londres. Un homme qui ne lui inspirait sur le moment aucune menace sérieuse, puisqu'elle avait depuis longtemps l'habitude d'être épiée même chez elle.  Combien de temps avait-il observé ainsi, racontant à son fidèle Watson de retour pour quelques jours à Londres après son mariage si réussi ? Ce docteur avide du frisson de l'aventure dont la vie maritale l'avait certainement privé depuis quelques mois.

Elle n'avait pas cherché à savoir ce qui l'avait décidé à mettre son plan à exécution. Pourquoi avait-il finalement décidé de s'introduire chez elle pour lui faire croire à ce feu imaginaire. C'était alors qu'elle avait compris qu'il n'était ni un voyeur ordinaire, ni un sauveur providentiel. Non, il était juste venu pour cette photographie qu'elle avait voulu sauver à cet instant. Alors elle était devenu un homme après son départ. Grimée et déguisée, elle avait poursuivi le vil palefrenier jusqu'au 21b Baker street, pour voir ce si célèbre détective divisé pour son ami au bord du triomphe.

Mais aucune chance de la lui laisser. Elle était rentrée, si vite, pour prendre ses affaires et son époux. Laissant juste une photo d'elle et une lettre pour établir ses nouvelles conditions à la discrétion des perdants.

Et il s’était réveillé. Comme ce matin, ou presque. Seul, au milieu d'une rue, face à l’opéra comme un destin immuable, alors qu'un inconnu lui prenait la main pour lui expliquer un peu. Donner des bribes d'information sur le pourquoi, le quoi mais ni le où, le comment ou le quoi. Mais perdu, il ne pouvait pas le rester. Quelques heures de réflexion, d’indécision et il était simplement entré dans ce magnifique bâtiment pour entonner quelques chansons et trouver une place, des proies, un logement, de l'argent...
Recommençant le jeu sans scrupule avec la frénésie de l'enfant qui retrouve un jouet perdu au fond de son coffre.Se plaçant dans le camp du pouvoir, comme une seconde nature. Opportuniste, discret dans la lumière qui le flattait le mieux, un aventurier à la recherche d'une nouvelle vie de quiétude qui le surprendrait. 
Caractère
Qualités
  • • Intelligent
  • • Élégant
  • • Passionné
  • • Rusé
  • • Vif
  • • Mesuré
  • Défauts
  • • Trompeur
  • • Manipulateur
  • • Provocateur
  • • Sans scrupule
  • • Volage
  • • Sur de lui
  • Une nature mesquine, vile et manipulatrice dans un écrin de pureté et de perversion superbe. 
    Voilà la description qu'aurait fait chacun de ses anciens amis ou amants. Et des amis, il faut avouer qu'au sens strict, Irène en avait peu. Une liste d'anciens amants à faire pâlir certaine favorite de cours, tous tenus par l'une ou l’autre des indiscrétions possibles, voila ou était son pouvoir, a la fois si léger, précis et inquiétant. Voulu ainsi par con créateur, il était la seule femme à pouvoir concurrencer par son esprit et faire plier par l'élégance délicieuse de son corps, les plus grands de son époque malgré sa condition soi-disant inférieure.

    Il ne faut pas mentir, rien ne lui faisait froid aux yeux. Jouer de ses charmes pour obtenir ce qu'elle désirait, se travestir pour jouir de plus de libertés, jouer les maîtres—chanteurs, elle aurait même tuer si cela était devenu nécessaire, il n'en doute pas... Et il en a gardé de ces habitudes que l'on qualifie si facilement de peu convenables. Des connaissances acquises au long de ses expériences, qu'on lui réclame, sans se préoccuper de leurs provenances avant que le couperet ne tombe. Si son changement de corps l'a obligé à  changer de registre de chants, elle n'en a pas pour autant perdu la sensualité et les mœurs aventureuses qui étaient les siennes et ont fait une partie de son succès. Un outil différent mais les mêmes armes, pourquoi se fatiguer à changer de style quand celui—ci tout imprévisible qu'il demeure, lui a permis de battre les meilleurs ? Sans aucun remord...

    Alors le nouvel Irène refuse de regarder vers l’arrière, vers cette vie presque parfaite que son auteur lui avait accordé avec l'homme qu'il aimait. Le seul qui ait vu entre ses couches de provocatrice, de manipulatrice le besoin de sécurité qu'il n'a jamais avoué devant personne. Ce besoin de contrôle, de savoir qu'aucun des puissants qu'il a aimé et sont venus le fréquenter ne puissent jamais, par caprice, se venger ou l’écraser. Ce besoin de rester vivant peu importe l'incertitude sociale ou non. Parce qu'il ne s'agit en aucun cas de pur sadisme, tout juste retire-t-il un certain amusement de voir la mine déconfite de ce qu'il a piégé. Amusement qui trompe, il est vrai l'ennui d'une intelligence qui peut s'exprimer toute entière dans l’étude du comportement et la curiosité de déceler si facilement la personnalité de chacun

    Ce qu'il a gagné depuis longtemps en esprit et en ruse, il ne compte pas le perdre mais plus le conjuguer à cette nouvelle aisance sociale qu'il peut se permettre avec ce nouveau genre, cette nouvelle époque qui lui reste à  conquérir. Si être une femme était devenue un atout, être un homme en vue ne le sera pas moins. C'est une promesse qu'il s'est faite. Et si cela, lui permet d'avoir un deuxième round devant des ennemis déjà battu, et bien il gagnera à nouveau cette tranquillité d'esprit tant désirée.

    Et pour cela il faut avouer qu'une nouvelle fois il n'a pas été mal doté. Son corps est déjà formé, musclé sans l’être trop, lui permettant d'utiliser ses cordes vocales sans forcer, malgré un manque de coffre compense par un souffle très bien maîtrisé. Une voix de Baryton qui lui a tout de suite plu et rappelé ses années a l’opéra. Il a d'ailleurs gardé la même taille, plutôt élancé pour une dame, plutôt moyenne pour un homme. Il a seulement perdu de ses hanches si caractéristiques de la gente féminine, pour plutôt gagner ce qu'il fallait en largeur d’épaule et en virilité. Pas une virilité de poils disgracieux hein ! Juste ce qu'il faut de poigne et de raideur pour parfaire le corps d'un homme. 

    Son visage a été le plus difficile à apprivoiser. La plus grosse différence si on oublie les attributs dont il a du apprendre à se servir a un tout autre niveau. Un visage fin, aux traits souvent impassibles, qu'il se contente souvent de réchauffer d'un sourire si sincère et malicieux qu'on se sait jamais s'il l'est complètement. On pourrait le décrire comme un brin mystérieux, s'il n'y avait derrière cette façade de cheveux mi—longs a la coiffure studieusement négligée, des yeux carmins qui invitent dangereusement à s'y perdre. 
    Irène Adler
    Guillemet ouvrantTHE WOMANGuillemet fermant
    A lovely woman, with a face a man might die for.
    Citation : She had the face of the most beautiful of women, and the mind of the most resolute of men.
    Emploi : Chanteur d’Opéra
    Sebastian - Black Butler
    DC : /
    Crédits : Kit par Artemis - Sebastian - Black Butler
    WELCOME :whut:
    CHANTEUR D'OPÉRA :plz:
    SEBASTIAN :plz: :plz:
    THE WOMAN :grrr: :grrr: (le Jawn en moi n'est pas content)

    Ooooh que j'ai hâte de rp avec toi, mais genre vraiiiiiiiiiiment :doge: !

    Courage pour ta fiche bichette, tu sais où trouver le staff si jamais tu as besoin ou des questions à poser :tothestars:
    Séparateur


    John H. Watson
    Guillemet ouvrantCan break all your bones while naming themGuillemet fermant
    Citation : So silent and furtive were his movements, like those of a trained bloodhound picking out a scent, that I could not but think what a terrible criminal he would have made had he turned his energy and sagacity against the law instead of exerting them in its defence.
    Emploi : Médecin.
    DC : Barbe Bleue ♚ Merzhin ♚ Émile Zola
    Crédits : Steve Rogers - Marvel
    IREEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEENE
    Bienvenuueee ♥️
    Séparateur


    Sergueï Prokofiev
    Guillemet ouvrantTrop bon, trop conGuillemet fermant
    Citation : Le mérite principal de ma vie (ou, si vous préférez, son principal inconvénient) a toujours été la recherche de l'originalité de ma propre langue musicale. J'ai horreur de l'imitation et j'ai horreur des choses déjà connues
    Emploi : Masseur kinésithérapeute
    DC : Lilith
    Crédits : Aizawa Shouta - Boku no Hero Academia
    Merci beaucoup a vous deux ! :omg:
    Désolée pour le petit retard sur ma fiche ! Les imprévus des fêtes j'avoue ! Et du coup deso de pas avoir remercier avant de l'accueil j'ai la phobie du double post :zen3:

    Bon bah du coup je suis parée a réparer toutes mes coquilles après vos remarques XD

    Et Jawn T bo quand même :sae4:
    PS : J'ai jamais écouté autant d’opéra que pour écrire cette fiche :haha:
    Séparateur


    80hq
    Irène Adler
    Guillemet ouvrantTHE WOMANGuillemet fermant
    A lovely woman, with a face a man might die for.
    Citation : She had the face of the most beautiful of women, and the mind of the most resolute of men.
    Emploi : Chanteur d’Opéra
    Sebastian - Black Butler
    DC : /
    Crédits : Kit par Artemis - Sebastian - Black Butler
    Invité
    Coucou ma chère Irène,
    J'ai bien lu ta fiche mais avant de te valider... j'aimerais plus de précision, tu effleures la rencontre avec Sherlock et John tu ne parles pas de ce qui s'est passé, j'aimerais en savoir plus, avoir plus de détail sur ce qu'était la vie d'Irène dans les bouquins, comprendre et explorer la façon dont ton personnage ou même toi perçoit ce que Doyle à écrit, bref j'aimerais que tu me remplume un peu tout ça !
    Je ne suis pas fan fan des yeux rouges, ce n'est pas très "réaliste" même si les indépendants et les créations peuvent se permettre plus de folie que les créateurs... ceci dit j'ai déjà John aux poils rose alors bon... tant qu'à faire autant que ça s'accorde bien ! Bref, un peu plus d'histoire et je serais satisfait :huhu:
    Anonymous
    Guillemet ouvrantInvitéGuillemet fermant
    ADLEEEEER ! Encore bienvenue à toi :whut:
    Yûichi Minami
    Guillemet ouvrantCréationGuillemet fermant
    Citation : I'm not your toy anymore
    Emploi : Acteur
    DC : Arsène Lupin
    Crédits : Akira Kurusu - Persona 5

    bravo tu es validé !

    *Saute dans le tas* BONSOIR TU ES BEAU ON FAIT UN ENFANT ?! *tousse* bref une fiche bonne comme ton avatar, des détails intéressant qui prouve que tu maîtrise ton sujet, un sherlock en PLS et Watson en canidé, tout est parfait vous êtes règle monsieur vous pouvez passer, je vous souhaite un ingréable voyage dans notre pays ! BONNE JOURNEE ! *repart en roulant* plus sérieusement, c'est très bien et j'aime beaucoup l'idée de l'opportuniste toujours dans les coups fourrés quand il s'agit de se mettre bien, Devil et elle doivent bien s'entendre :huhu: BIENVENUE

    Maintenant que tu as rempli la tâche qu'était de remplir ta fiche, je t'invite à aller remplir de quoi finaliser ton inscription.Pour recenser ton avatar, c'est par ici. Pour que ton personnage ait un lieu de travail, je te conseille également de te rendre pour remplir un formulaire et obtenir un logement. De même si tu veux un joli rang sous ton pseudo, tu peux venir en réclamer un à cet endroit. Et le plus important, n'oublie pas de recenser ton métier et d'où vient ton personnage' ♥️ !
    Oh et, si tu possèdes un DC/TC, viens le recenser par ici et pour finir (oui c'est long) pour ton pouvoir (si tu en as un) ~ !
    Séparateur


    Spoiler:
     




    Le Chat Noir
    Guillemet ouvrantThe cursed oneGuillemet fermant
    Citation : Dieu a créé le chat pour permettre à l'homme de caresser une panthère
    Emploi : SDF
    DC : Wolfgang Amadeus Mozart
    Crédits : Nicolas Brown - Gangsta
    Contenu sponsorisé
    Guillemet ouvrantGuillemet fermant
    Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

    Sauter vers:  
    copyright & crédits
    © Copyright : Le thème graphique et codé d'Insomnia appartient à ses créateurs. Le code des sujets et messages a été fait par Cheshire d'Epicode. Un énorme et tout spécial merci à Atols pour avoir réglé de nombreux codes, et sans qui cette mise à jour aurait été un échec. Le code des MPS est celui d'Awful. La liste des membres a été faite par Linus. Le reste du code et du graphisme appatient au staff tout entier d'Insomnia, merci de ne pas y toucher (ou demandez-nous avant, des fois on mord pas, et parfois on arrache pas de jambes). Insomnia est le fruit d'heures et d'heures de travail, nous demandons donc un minimum de respect envers notre travail. Nous tenons également à remercier les membres qui aident lors des mises à jour. Pour voir le restant des crédits, c'est par ici ~
    marques pages récents
    les chapitres ouverts
    LIEUTENANT KIJÉ pousse toutes les portes de la ville pour en apprendre plus sur le monde qui l'entoure. Ouvrirez-vous la porte ?
    PANDORE est perdu dans les rues d'Insomnia qu'il découvre. Quelqu'un sera assez gentil pour lui servir de guide ?
    YÛICHI MINAMI est un acteur en manque de contact qui ne soit pas fictif. Qui saura ranimer la flamme de son humanité ?
    © COPYRIGHT : Tous droits réservés.