« Il est des choses qu'il vaut mieux entreprendre que refuser, quand bien même la fin risque d'être sombre. »
J. R. R. Tolkien
Insomnia
Enfant déchu de la lune - FINIE
RSS
RSS

Sam 19 Mai - 11:02
avatar
Plus noirs sont les ténèbres, plus éclatante est la lumière.
Plus noirs sont les ténèbres, plus éclatante est la lumière.

Luz Loriane
Oméga

Mort en 2016
Arrivé il y a deux ans
Musicien, peintre et écrivain en herbe
Moyen
Influence inconsciemment le temps - la météo - en fonction de son humeur.
Avatar : Yuri Plisetski - Yuri!!! On Ice

 Que dire ? Voilà environ 5 ans que j'arpente les forums RPG et que je crée des personnages que je développe au gré des histoires que je conte avec mes partenaires. J'espère pouvoir faire vivre mon petit Luz un long moment parmi vous. <3

Histoire

Dans un charmant petit village vivait un jeune garçon nommé Luz. Il habitait dans une vaste demeure avec ses parents et ses cinq sœurs. La mère de Luz était un peu spéciale. C’était une femme d’une grande beauté à la peau de porcelaine et à la longue chevelure argentée et aux yeux d’un bleu aigu marine sans pareil. Luna, car tel était son nom, était une lointaine descendante de la déesse Séléné et appartenait au peuple des Lorialets, engendré par l’unique fils de cette dernière. C’était une femme d’une gentillesse sans limite et d’une infinie douceur. Elle souriait tout le temps, pourtant elle avait cet air rêveur et mélancolique qui ne quittait jamais son ravissant et délicat visage. Luna vénérait la lune et rêvait de s’y rendre un jour, racontant à ses enfants que c’était de là que venaient ses ancêtres. Ses filles y crurent tout le temps que dura l’âge de l’innocence et de la naïveté, puis classèrent ces fables dans la catégorie des contes pour enfant, comme le Père Noël ou la Cloche de Pâques. Seul Luz y crut jusqu’au bout.

Luz était le seul enfant de Luna à lui ressemblait, tant physiquement que moralement. Il avait la peau pâle et les cheveux blonds très clairs, parfois presque blancs et ses yeux étaient d’une jolie couleur azurée. Enfant, il était vif et joyeux et il illuminait la vie de Luna et de sa famille par sa bonne humeur et son espièglerie. Sa grande curiosité le poussait à s’intéresser à tout et son imagination débordante le rendait créatif. Il avait un don inné pour l’écriture et écrivait d’incroyables aventures que ses sœurs prenaient plaisir à écouter. Luna lui enseigna la peinture et l’initia à la musique, pour lesquelles il était tout aussi naturellement doué, afin qu’il puisse s’exprimer autrement que par des mots et transmettre des choses si profonde qu’aucune palabre ne suffirait à dévoiler. Cela permis à Luz de s’épanouir grandement.
A mesure qu’il grandissait, Luz se sentait attirer par la lune et alors Luna su qu’il était comme elle, un Lorialet. Cela la combla de joie et elle put partager avec lui l’histoire de son peuple et de ses aïeuls, de Séléné et d’Endymion. Luz l’écoutait avec bonheur, se délectant de chacun des récits que lui contait sa mère. A travers ses histoires, Luna lui transmit son désir de retourner sur la lune, là où les Lorialets tiraient leurs origines et comme elle, le visage de Luz arbora cet air rêveur et mélancolique, typique à ceux de leur peuple. L’imagination du garçon trouva également une nouvelle source d’inspiration dans les contes de Luna.

Luz continuait à grandir, devenant chaque année plus beau. Son talent pour les arts se renforçait et son désir pour la lune croissait sans cesse. Comme sa mère, sa gentillesse et sa douceur étaient infinies et il était fortement apprécié des autres. Il menait une jolie petite vie tranquille. Jusqu’à ce qu’il tombe gravement malade, sans espoir de guérison. Dans son désarroi, Luna se mit à prier la déesse de la lune, son ancêtre, et l’implora de sauver son fils. Elle pria de longues semaines mais sauver des vies n’était pas dans les cordes de Séléné, aussi resta-t-elle muette aux supplications de Luna. C’est ainsi que par une belle nuit d’été, Luz s’éteignit, entouré de sa famille qui s’était réunie pour un ultime au revoir.

Puis contre toute attente, Luz rouvrit les yeux. Il n’était plus dans sa chambre d’hôpital mais au bon milieu d’une sombre forêt. Et il n’était plus seulement Luz, il était aussi Luna et également le tout premier Lorialet et tous ceux et celles qui avaient un jour été de son peuple. Et alors que la peur et l’incompréhension lui saisissaient le cœur, son regard affolé se posa sur l’astre céleste parfaitement rond qui baignait la sylve de ses rayons d’argent, chassant ainsi l’obscurité inquiétante de la nuit. Luz s’apaisa à sa vue mais une vague de tristesse s’empara de lui, faisant cascader de grosses perles humides le long de son pâle et frêle visage. Son chagrin se muait en longs et douloureux sanglots à mesure que les souvenirs lui revenaient et devint désespoir quand il se rappela ses morts. A mesure qu’il exprimer sa peine, le ciel se couvrait d’épais nuages noirs qui se mirent à déverser une pluie torrentielle sur le garçon et la forêt, se mêlant aux pleures de Luz et les couvrant de sa mélodie.
Quand ses larmes s’eurent taries, que sa tristesse fut apaisée et que la désillusion fut passée – car, comme sa mère et tous les autres, il croyait que lorsque qu’un Lorialet mourait, il s’en retournait aux côtés de Séléné – alors il se releva et marcha. La pluie avait depuis longtemps cessée, l’aube à présent pointait et le garçon prit la décision de garder sa dernière identité, car au fond de son cœur et malgré les milliers de vies qui s’étaient rappelées à son souvenir, il resterait à jamais Luz Loriane, fils de Luna Loriane.
Il erra un moment dans la forêt, trempé et gelé, pieds nus et en habille d’hôpital, avant d’atteindre la ville. Ville bien étrange puisqu’elle était peuplée d’hommes uniquement, le garçon s’en était vite rendu compte. Vu son état et son accoutrement, quelques âmes charitables lui vinrent en aide en lui donnant de quoi manger et de quoi se vêtir plus chaudement que cela puis le laissèrent à son sort. C’est dans la rue que le garçon de la lune commença sa nouvelle vie.

Au début Luz était accablé par ce qui lui arrivait, enfant perdu et désorienté arrivé dans un monde étrange, lui-même plongé dans le chaos d’une guerre latente. Mais bien vite, il se ressaisit et décida qu’il était hors de question qu’il reste ainsi dans la misère alors qu’il avait la possibilité de s’en sortir. Ainsi se reprit-il et il se mit à chercher du travail. Mais personne ne voulait d’un môme crasseux et mal vêtu. Alors il chercha un autre moyen de gagner de l’argent. Puis une idée lui vint. C’était déplaisant et ça l’horripilait, mais il ne voyait rien d’autre. Il ne possédait rien, si ce n’est son corps, et il avait remarqué que certains hommes le regardaient d’une manière bien peu rassurante, le déshabillant du regard. Luz était beau, il le savait. Alors il commença à se vendre au plus offrant. Il détestait ça tant et si bien que lorsqu'il était avec un client, il perdait pied et s’enfonçait profondément dans son inconscient pour ne plus penser à ce qui se passait, à ce qu’il faisait, à ce qu’on faisait subir à son corps et à son âme, qui s’entachait et s’effritait un peu plus à chaque nouvel inconnu qui le caressait. Et quand l’étranger s’en était allé après avoir balancé ses billets, Luz vomissait jusqu’à cracher de la bile puis chancelait jusqu’à son abri de fortune avec son précieux butin si salement gagné.
Quand les choses devenaient trop difficiles à supporter, il se rendait dans la forêt, là où il s’était éveillé, et s’asseyait par terre, ses yeux azurés dirigés vers le ciel nocturne, tournés vers la lune, quand elle était présente, et il lui parlait longuement, vidant son sac, et quand les mots étaient trop pénibles à prononcer, alors il pleurait silencieusement et souvent le ciel se voilait pour pleurer avec lui. Quand il revenait à l’aube, il se sentait plus léger, apaisé, même si son âme continuait à souffrir. 

Au fil des nuits qui s’enchainées et des inconnus qui se succédaient, Luz eut amassé assez d’argent pour s’offrir un violon, instrument qu’il affectionnait tout particulièrement. Tous les jours, à la même heure, il s’installait au même endroit, fermait les yeux et se concentrait. L’archet glissait gracieusement sur les cordes, guidé par le cœur du garçon. Le violon gémissait et pleurait les mots indicibles que lui hurlait l’âme déchirée de son propriétaire, transcendant la foule qui s’amassait autour du garçon pour écouter ses plaintes changées en tristes mélodies. Et quand les lamentations de l’instrument cessaient, le silence s’abattait sur le public encore transportait par la douloureuse symphonie du cœur émietté de Luz. Puis timidement, un spectateur tapait dans ses mains, imité par d’autres jusqu’à le silence soit remplacé par la cacophonie des applaudissements et le tintement léger des pièces que l’on jette dans l’étui de l’instrument.
A chaque représentation, Luz regroupait toujours plus de monde et ramasser toujours plus d’argent. Et à chaque fois qu’il faisait pleurer son violon, il avait l’impression que les morceaux de son âme en lambeau se recollaient, un à un. Cela lui faisait un bien fou. Grace à cela, il put cesser ses activités nocturnes et s’offrir de quoi dessiner. Ainsi, en plus de ses représentations quotidiennes, Luz dessinait le portait et le vendait à qui le lui demander. C’est comme cela qu’il s’est rendu compte d’une chose assez… incroyable. Outre le fait qu’il n’y avait que des hommes dans cette ville étrange, ces habitants n’étaient ni plus ni moins que de grands auteurs depuis longtemps décédés. Plus surprenant encore, leurs personnages prenaient également vie en ces lieux, et cela il l’apprit d’un homme étrange venu se faire tirer le portrait. C'est de la bouche de ce même homme qu'il eut connaissance de tous les détails de ce qui se tramait dans la ville. Le mystérieux inconnu l'avait d'ailleurs interrogé sur ce qu'il pensait de tout ceci et des deux clans qui s'étaient formés, mais Luz était resté vague à se sujet, confiant à l'homme qu'il ne prenait parti d'aucun groupe, étant arrivé récemment et ne sachant dire encore qui de Devil ou d'Elohim était le mieux pour diriger la ville.

De concerts en coups de crayon, Luz a réussi à réunir suffisamment d’argent pour se payer un petit logement avec le nécessaire pour y vivre. C’est certes encore précaire, mais au moins il ne dort plus dans la rue avec la peur au ventre. Il continue à jouer du violon dans la rue et à dessiner et vendre des portraits, ainsi que des peintures, puisqu’il s’est procuré le nécessaire pour peindre des tableaux, dans lesquels il rend hommage à son peuple et à la déesse qu’il vénère et prie à chaque pleine lune.
Il a récemment pu s’offrir une machine à écrire et souhaite se remettre à l’écriture pour conter à nouveau ces grandes aventures qui fascinaient tant ses sœurs. Luz apprend à se reconstruire lentement et à reprendre une vie normale. Mais ses mésaventures dans la rue l’on profondément marqué et brisé.
Caractère
Qualités
  • •Débrouillard
  • •Déterminé
  • •Imaginatif
  • •Créatif
  • •Doux
  • •Lucide
  • Défauts
  • •Méfiant
  • •Lunatique
  • •Émotif
  • •Secret
  • •Introverti
  • •Manque d'assurance

  • Caractère :

    Autrefois doux et angélique enfant doté d’une immense gentillesse et d’une grande générosité, Luz a vu son innocence voler en éclat la première fois qu’un homme a posé les mains sur lui. Sa vie dans la rue et ses affaires nocturne l’ont rendu méfiant, craintif envers les autres. Cela l’a poussé à se renfermer sur lui-même et à éviter le contact avec les gens, en dehors de ses activités pour gagner de l’argent. Il s’est donc reclus dans la solitude, devenant très secret à son sujet, gardant ses pensées et ses opinions pour lui-même, afin de se protéger un maximum et éviter de ne perdre la tête à force d’être brisé.
    S’il manque d’assurance avec les autres, quand il est seul, les choses sont tout autres. La misérable vie d’errance qu’il menait dans les rues crasseuses de la ville l’a poussé à vouloir s’en sortir, par tous les moyens, et a fait de lui un gaillard débrouillard doté d’une détermination à toute épreuve. Il apprit à s’en tirer seul et à ne compter que sur lui-même, s’étant bien rendu compte que personne ne lui tendrait la main pour le sortir de son enfer. Loin d’être un garçon naïf, il est au contraire très lucide et à tout à fait conscience de ce qui se trame à Insomnia. Il refuse cependant de prendre parti pour l’un ou pour l’autre groupe pour le moment, étant arrivé récemment.

    S’il y a bien une chose qui n’a pas changé chez Luz, c’est son caractère lunatique, qui s’accentue particulièrement à l’approche de la pleine lune. Luz devient alors invivable, d’abord doux et gentil puis colérique et nerveux la seconde d’après. Généralement, l’avant pleine lune est une période où la météo se voit devenir aussi instable que l’humeur du garçon, passant d’un soleil radieux à une violente tempête en une fraction de secondes.
    Son émotivité aussi est restée intacte malgré ce qu’il a pu subir. Cela s’est peut-être même intensifié au gré de ses épreuves depuis son arrivée à Insomnia, inspirant considérablement sa musique et ses tableaux, à travers lesquels il exprime subtilement chacune des émotions, des sensations, chacun des sentiments qui le traverse et qu’il ne peut déclamer avec des mots.

    Quand il ne donne pas de concert de violon ni ne dessine de portait, il s’en va en balade dans la forêt, souvent au crépuscule, pour aller saluer la lune et s’imprégner de ses rayons d’argent. Cela lui est essentiel, presque vital, pour qu’il se sente bien et en forme. Il en revient revigoré et chargé d’une énergie nouvelle et puissante. Quand la lune ne brille pas, il se sent maussade, fatigué. C’est pour cela qu’il est important pour lui de s’exposer à ses rayons.

    Physique :

    Petit être au premier abord frêle et chétif, Luz est en fait plus tenace qu’il n’en a l’air, bien que son petit mètre soixante-cinq et sa peau aussi pâle qu’une délicate fleur tout juste éclose laisse volontiers penser le contraire. Mais il est vrai cependant que son corps n’est pas bien épais, sans être squelettique non plus. Cela dit, il a plus de force qu’il ne laisse paraitre.

    Jolie frimousse angélique aux yeux d’azures et à la belle chevelure blonde, presque argentée, ce gamin fait tourner les têtes partout où il va tant sa beauté est grande et pure. Il en a conscience et cela le met particulièrement mal à l’aise, notamment depuis qu’il a commencé à se vendre pour quelques billets. Mais le bel enfant de la lune ne se laisse pas approcher aisément et sort les griffes quand on s’approche trop près de lui, la rue l’aillant obligé à apprendre à se battre pour survivre, il sait se défendre.

    Luz prend soin de son apparence et met un point d’honneur à bien se vêtir, mais ne s’habille jamais de façon vulgaire ou extravagante. S’il peut passer inaperçu et se fondre dans la masse, cela lui convient très bien. Moins on le remarque, mieux il se sent.


    Sam 19 Mai - 12:11
    avatar
    Emploi : Prostitué
    Création
    Création
    BIENVENUUUUUUUE LORIIIIIE *oui bon, un jour promis, je changerais de pseudo*

    :hey:
    Sam 19 Mai - 12:39
    avatar
    Plus noirs sont les ténèbres, plus éclatante est la lumière.
    Plus noirs sont les ténèbres, plus éclatante est la lumière.
    Merciii Chapyyyyy ! ::seven7:

    Non, non, tu peux garder Lorie, j'aime bien. :jae3:

    Bisous sur les fesses. :huhu:
    Sam 19 Mai - 13:28
    avatar
    The Guardian
    The Guardian
    Welcomeeee !


    PrésentationRelationsRépertoireTimeline

    STAMPS:
     

    BANNIÈRES:
     
    Sam 19 Mai - 13:28
    avatar
    Emploi : Médecin.
    Can break all your bones while naming them
    Can break all your bones while naming them
    WEEEEEEEEEEEEELCOME :roulade:
    Olalalalala cette fiche promet d'avance et tu es beaaaaau :nomad: /PAN

    Bon courage pour ta fiche bébé chaton, tu sais où trouver le staff si jamais tu as des questions :huhu:


    Sam 19 Mai - 14:21
    avatar
    Plus noirs sont les ténèbres, plus éclatante est la lumière.
    Plus noirs sont les ténèbres, plus éclatante est la lumière.
    Oh, merci ! Vous êtes des amours. :loveu:
    Dim 20 Mai - 15:32
    avatar
    Plus noirs sont les ténèbres, plus éclatante est la lumière.
    Plus noirs sont les ténèbres, plus éclatante est la lumière.
    J'ai finiiiiiii ! :bouya:
    Dim 20 Mai - 23:23
    avatar
    The cursed one
    The cursed one

    bravo tu es validé !

    BIENVENUE ! C'est avec plaisir que je te valide, un personnage tout doux et tout mignon, entraîné par la dureté d'une vie moderne on a de la peine pour le petit chiot et on a envie de le serrer fort fort dans nos bras ! Je te soutient ami de la rue ;; c'est dur mais je te promet on fini par s'en sortir ! Dans tous les cas je n'ai rien de plus à dire sur ta fiche, c'est très bon, bien écrit et fidèle à la légende ! kek ! Alors bienvenue parmi nous et amuse toi bien sur Insomnia

    Maintenant que tu as rempli la tâche qu'était de remplir ta fiche, je t'invite à aller remplir de quoi finaliser ton inscription.Pour recenser ton avatar, c'est par ici. Pour que ton personnage ait un lieu de travail, je te conseille également de te rendre pour remplir un formulaire et obtenir un logement. De même si tu veux un joli rang sous ton pseudo, tu peux venir en réclamer un à cet endroit. Et le plus important, n'oublie pas de recenser ton métier ! Et pour finir, venez recenser d'où vient ton personnage' ♥️ !








    Contenu sponsorisé
    Page 1 sur 1

    Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

     :: Pour commencer  :: THE INTRODUCTION • PRÉSENTATIONS :: LES ŒUVRES PUBLIÉES
    Enfant déchu de la lune - FINIE

    Sauter vers: