« Il est des choses qu'il vaut mieux entreprendre que refuser, quand bien même la fin risque d'être sombre. »
J. R. R. Tolkien
Insomnia
The Puppet Boy [fini]
RSS
RSS

Ven 27 Avr - 17:17
avatar
Puppet Boy
Puppet Boy

Pinocchio
Iraë

1881
Arrivé il y a 7 ans
Garçon d'art et de compagnie
Pauvre
à la veille de sa majorité
Nicaise (Captive Prince) de Re(h)sa

 Fonda d’Exanthrop et poto de Jawn, j’ai fini par craquer. Je voulais prendre Geppetto au début mais finalement c’est Pinocchio ♥️.

Histoire
Petite analyse explicative:
 


INCIPIT

« Pinocccchiiioooo. »
Le nom résonne avec amour, roule sur les lèvres qui l’appellent, plein des couleurs et de la chaleur de sa Toscane natale. Il est en vie. Si pleinement en vie et épanoui.

« Pinocccchiiioooo. » Cette façon si particulière qu’ils avaient de le dire, cet accent de tendresse que seuls savent prononcer les pères et les mères, il l’entend encore parfois dans les songes de ses nuits et se rappelle alors ce temps révolu, celui de l’innocence, où il n’était encore qu’une marionnette de bois rêvant d’être un bon petit garçon.

« PINOOOCCHHIOOO !!! » Il n’y avait eu qu’un cri quand, son vœu réalisé, enfin enfant de chair et de sang, une charrette l’avait percuté, fracassant sa tête sur le pavé.
Il était mort lors d'un instant volé car son corps, trop fragile, n’avait plus à présent la solidité du bois. C’était là, la cruauté d’être en vie.
Mais ça l’histoire, d'une pudeur cruelle, se gardait de le raconter.


Chapitre 1 : Genèse

Pinocchio, sous la main agile de Geppetto, était né d’un bois magique. Il avait ri, impertinent, lors du premier instant de sa vie et, méchant garçon se moquant de son créateur, s’était enfui dans la rue, avait pleuré, geint et fait arrêté et enfermé le  pauvre menuisier, conscient que les gamins étaient toujours gagnant face aux bourreaux d’enfants.

Agaillardi par son mauvais tour, il était retourné joyeux chez lui et là-bas, rencontrant le Grillon moralisateur, d’un coup de marteau haineux, l’avait écrasé. Mort au sur-moi !, avait-il du penser.
Grand-mal lui fasse, car, en punition de ses mauvaises actions, à présent esseulé et démuni, le pantin fripon s’était confronté à la faim et sortant pour faire l’aumône, n’avait trouvé face à lui que de l’hostilité. Le ventre creux, il s’était retourné à sa chaumière et en deuxième châtiment, prés du brasero, ses pieds avait brûlés, le forçant à l’immobilité. Son désespoir  s’était alors approfondi, regrettant à présent d’avoir été un chenapan.
Geppetto, poussé surement par le destin, était rentré à ce moment là et, père patient et trop tendre, l’avait réparé, nourri malgré les caprices et d’un élan paternel, avait vendu son bien le plus précieux pour que le fils prodigue puisse apprendre à lire et devenir un bon petit garçon.

En vain car aucun enfant n’aime l’école et Pinocchio, sur le chemin de l’enseignement, avait revendu son livre et choisi le spectacle de marionnette à l’alphabet.
Grand mal lui avait pris  pour la seconde fois, car là  avait vraiment commencé les ennuis et péripéties.
Il avait été arrété par le marionnettiste Mangiafoco et quand celui-ci lui avait annoncé sa mort, le pantin s’était mis à si bien pleurer et supplier que le bourreau s’était ému et avait gracié le condamné, lui offrant cinq piéces de bel or pour son père misérable. Pinocchio les avait accepté et en remerciement, avait rendu mille pieux baisers à l’homme attendri par l'enfant.  

Il était reparti ensuite pour le chemin de la maison, s’imaginant déjà grand Seigneur quand sa route avait croisé celle d’un Chat et d’un Renard, embobineurs et voleurs fardés d’airs charitables et de conseils aimables. Garçon naif et influençable, il les avait cru et suivi, et tout, dès cet instant, avait dégénéré. Il avait été trompé, pendu, dépouillé, emprisonné, capturé, mis à la laisse,  transformé en âne, réduit en esclavage, jeté à la mer estropié et avalé par la Baleine.

Il avait souffert Oh ouiii pauvre Pinocchio.
Il avait enduré mille maux tous justifiés car, des conseils du Criquet ou de sa chére fée bleue, il n’avait rien écouté, préférant à la raison, la passion et l’oisiveté.
Il avait été puni, mille fois pour lui enseigner mille leçons et, au bout de tous ces périples, après sa sortie du ventre de la baleine et des heures de labeur pour gagner de quoi soigner sa fée malade et son bon père, d’un baiser, en remerciement, avait été transformé.
En vrai petit garçon.
Voila comment le conte, hypocrite, se terminait.



Chapitre 2 : Insomnia

Pinocchio fait claquer sa langue d’un geste excédé qui déforme son visage à la grâce juvénile.
Repenser à son passé de pantin de bois, à la morale hypocrite de son histoire et son créateur l’a énervé. Il a envie de blesser pour s’apaiser, le garçon, et saisit un petit caillou, le balance sur le chat qui fait les poubelles en contrebas.

Dégage sale chat, dégage! Tu ne me tromperas pas !

Car il ne croit plus aux fadaises, le Pantin. Il n’est plus innocent, plus comme avant, il y a longtemps quand, à son arrivée, il avait pensé que tout s’améliorerait à Insomnia maintenant que son corps était fait de chair et de sang, que son esprit avait été assagi sous les coups de règles de l’éducation.  
Il avait cru, espéré mais c’était vite détrompé. Rien ne s’était arrangé.

On l’avait trouvé dans la rue et sans aucune demande d’avis,  le gosse avait été emmené devant un tribunal. Avec un air solennel et professionnel de grande personne, le juge des enfants l’avait regardé sans compassion, examiné et certain de bien faire, chez un père d’adoption, l’avait placé. Les services sociaux avaient pris la suite et chez sa nouvelle famille, on l’avait déposé.
Affaire classée.

Pas tout à fait car l’homme(*), avec l’enfant, était méchant, violent, injuste. Il affamait, frappait et le gosse, à force de cris et de plaintes, une fois de plus, devant le parquet, fut demandé.
Il tenta d’expliquer, de raconter mais personne n’écouta. Il n’y avait ni traces ni bleus sur le corps du gamin et on l’a dit menteur. Méchant Pinocchio! Quel vice ne ancré chez ce garnement!
Sans plus de paroles, il fut rembarquer et dans la grande maison, les coups ne cessèrent plus de tomber. Il supporta, Pinocchio, serra les dents sous la douleur, tut ses mots qui ne valaient rien comparés à la « preuve » de son corps immaculé malgré les punitions données.

Il attendit Pinocchio, patienta que sa fée bleue vienne le sauver mais rien ne se produisit.
Le Pantin perdit alors espoir, enterra la dépouille de sa naïveté, dit au revoir au Pinocchio encore innocent, coupa les fils de l’éducation qui depuis la fin de son roman, l’avaient entravé.
Il se sauva, courut courut courut et rejoignit la rue. A 9 ans.

Il réapprit l’errance, le vagabondage, l’aumône, l’entre-aide entre « enfants de personne ».  
Le tissage des paniers de jonc. Les pas de danses que lui avait enseignés le dresseur du cirque. Les métiers de rien.
L’appartenance, la soumission à la rue, le besoin de si peu pour rester libre. Sans maitre ni coups.  

Il grandit ainsi, sans rien posséder d’autre que l’amour de ses frères de misère.
Ils étaient beaucoup à Insomnia. Des gosses non voulus dont personne ne s’occupait, que les services sociaux avaient abandonnés à force de fugues à répétition et d’insoumission. Des ânes aux yeux des  hommes, de mauvais petits garçons .
Ils étaient transparents, comme des rats, certains réduits à la prostitution.
Il y en avait, Oh oui, des garçonnets qui, contre un toit et un guignon de pain, offraient leur corps immatures, allant au-delà de la souillure.
Il y en avait, des fous, des courageux, des désespérés et  Pinocchio, n’en faisait pas parti, s’y était toujours refusé.

Pour ses frères, pour lui, il accompagnait, cajolait, embrassait, dansait, servait mais jamais ne laissait aucune main s’égarer, aucune boucle de ceinture teinter.
Trop intime, trop destructeur. Trop aliénant.
Plutôt mourir que de sombrer dans ce jeu d’offrande.
Plutôt mentir, pleurer, manipuler, trahir ou, sous la bannière de Devil, comme un objet magnifique, s’alanguir.


[*]Le père adoptif serait potentiellement son créateur, Carlo Collodi, qui détestant sa création, la maltraiterait pour des raisons éducationnelles, sadiques et pour la soumettre totalement.

Caractère
Qualités
  • •Protecteur envers ses petits frères des rues
  • •Manuel
  • •Débrouillard
  • •Gracieux et élégant
  • •Observateur
  • •plutôt bon
  • Défauts
  • •Menteur
  • •Impertinent
  • •Précieux
  • •Epicurien
  • •Influençable
  • •Interessé


  • Dorian, Agnes Obel

    C’est l’heure.
    Il va falloir sortir, oublier le manque de sympathie qu’il a envers ces hommes, le danger toujours à fleur de peau.
    Il va devoir se farder, s’habiller et sourire, se faire marionnette des désirs, figure bête et soumise ; supporter, travailler même si Pinocchio n’aime pas ça, s’il n’a jamais apprécié se fatiguer et se trouver imposer.  

    Il souffle, arrange les perles dans ses cheveux, trace un trait d’or sur sa paupière supérieure, accroche le bijou de lapis lazuli à son oreille, seul objet précieux qu’il possède et ne quitte jamais, porte en souvenir de sa tendre fée bleu, certain que, même ici, elle le reconnaitra ainsi.

    Il doit y aller.Il n’a pas envie mais le fait par manque de choix, quitte la salle de bain de marbre blanc qu’on
    lui a alloué et peint sur son visage une esquisse aimable, salue son client d’une révérence élégante et maitrisée.
    Il l’accompagne ce soir à une réception, se pendra à son bras, fera la discussion, se produira en spectacle si on lui demande. Il paraitra, impersonnel, lisse et parfait, objet dont on se moque mais que l’on expose devant le monde.

    Il le suit, monte dans la voiture, salue une fois arrivé les milles visages inconnus, s’arrête pour se présenter devant un homme que son client lui a demandé d’aborder.

    « Bonjour Monsieur, je me présente, Innocenzio. »

    Jamais il ne se nomme sous sa véritable identité car résonne encore en son cœur les « menteurs ! »
    Il ne veut pas être le Pantin pour ses hommes. Il ne veut rien être, paraitre inoffensif. Innocenzio.

    «  Monsieur votre ami m’a demandé de vous tenir compagnie et de vérifier que vous ne manqueriez de rien ce soir. »

    Il a parlé en toscan dans le but de séduire l’artiste florentin. C’est pour cela, en plus de sa beauté et de ses talents d’art qu’il a été choisi.  Il tend l’arc de son bras à l’homme qui l’attrape, l’emmène dans une salle privée où une minorité de personnalité l’attende.

    Ils sont assis en cercle autour de trois cousins ou l’homme et lui-même s’asseyent, où son client les rejoins, pose la tête sur les genoux du garçon, qui, d’un geste mécanique, commence à la caresser doucement.
    Devant lui, un petit pupitre sur lequel est déposé un ouvrage qu’ « Innocenzio », commence à lire à haute voix. Son timbre est chaud, maitrisé, ses mouvements, rares, millimétrés. L’éducation, la posture ont été travaillés jusqu’à atteindre une perfection éthéré.  

    La foule l’observe, les yeux s’attardent sur l’arrête droite de son nez, la pulpe de ses lèvres, le grain lisse de sa
    peau mate si semblable à un bois précieux. Ils dérivent vers la courbe de sa nuque dégagée, glisse le long du fin tatouage qui orne toute sa colonne vertébrale et se perd sous les soieries de son vêtement, sorte de kimono au dos décolleté.
    Les regards ne s’arrêtent pas là,  s’attardent sur ses hanches fines qu’on devine sous le obi, descendent sur ses mollets ciselés recouverts d’un duvet brun et soyeux, s’interrogent sur ses chevilles qui semblent si fragiles, précieuses, décorés d’un énième tatouage, identique.

    Il les sent Pinocchio, tous ses regards, est ne comprend pas.
    Pourquoi ?
    Pourquoi ainsi le regarder ? Car la jeunesse, l’illusion de pureté est précieuse ? Envieuse ? Car elle inspire la tendresse, la paternité, la sérénité, le désir, la chair à consumer ?
    Pourquoi ? Il ne sait pas et ce que certains espèrent ici, jamais, il ne leur offrira. Il n’est pas une trainée.

    Sa bouche se referme sur un dernier mot  et le silence s’empare sur la salle, son client se relève et les rôles s’échangent. Le pantin pose sa tête sur les genoux de l’homme qui commence à parler alors qu’il se tait. Il a fini son office et se laisse à présent caresser, immobile et sage comme le ferait un chat.
    Il ferme les yeux, essaye de se concentrer sur la sensation des doigts qui frôlent le tissu mais ne sent rien. Comme sa peau qui ne marque pas les coups, la subtilité des sensations lui est inconnue. Il ne sait pas pourquoi, suppose que cela est un héritage de son corps de bois.  
    Il inspire, expire.

    Ce soir, tard dans la nuit, il sera libéré de l’image d’Innocensio et auprès de ses frères, riche pour une journée, redeviendra Pinocchio.

    Juste Pinocchio.


    -------------------------------------------------------------


    Caractère
    X De base difficile comme un bon chien et épicurien dans l’âme, il aime le confort et le luxe. Rue oblige, il a appris à se faire violence mais ne crache jamais sur les avantages ponctuels que lui offrent certains de ses clients. Il rêve un jour d’être grand seigneur et que tout cela lui appartiendra vraiment.

    X En dehors de son travail, il est un garçon plutôt normal. Il n’est pas forcement tendre, s’adaptant à l’environnement dans lequel il vit. Il est parfois arrogant, méprisant et violent. Il fait parti des figures leaders dans le groupe d’enfants avec lequel il vit.

    X L’idée même de prostitution et de pédophilie le dégoute. C’est pour éviter cela à ses frères qui joue au geisha.

    Relations :

    X Héritage de son passé, il déteste les chats et le renard et se montre souvent agressif envers eux.

    X Conscient d’être faible et démuni face au monde, il a appris à ne faire confiance à personne et surtout pas à ses clients. Il se renseigne toujours au préalable, lit les ouvrages passés ou leur œuvre d’origine. Cela le rassure et lui permet d’avoir au moins un sujet de conversation.
    X Ne souhaitant pas côtoyer son créateur, il prend le sérum. Angoissé par le black-out que l’élixir impose de façon imprévue, il a toujours sur lui un petit enregistreur qu’il cache au niveau de son pubis, endroit que personne ne peut atteindre. En effet, par sécurité, il porte toujours une sorte de culotte de chasteté.
    Après son black-out, il écoute son enregistreur pour vérifier que rien d’étrange n’est arrivé.

    X Il refuse de revoir les clients qui ont essayé d’abuser de lui. Cela arrive néanmoins très rarement car le garçon est très clair à ce sujet et fait comprendre d’office à ses clients qu’il n’hésitera pas à avoir recourt à la loi en cas de dérive.

    X Il aimerait revoir son « vrai pére », Geppetto, mais a trop honte de ce qu’il est devenu et de ce que pourrait penser le menuisier en le voyant. Pour cette raison, il n’ose pas le chercher.

    X N’aime pas Devil. Mais se ranger du côté du plus fort est toujours la solution la plus sure. Par ailleurs, ce n’est pas comme s’il aimait le Maire. En 9 ans de vie à Insomnia, Pinocchio ne l’a jamais vu rien améliorer.

    Physique :
    X Ses tatouages représentent les nœuds que l’on peut trouver sur le bois.
    X Si son corps ne marque pas les coups et que les sensations subtiles lui sont inconnues, il ressent bien les coups plus fort et reste totalement faillible aux coupures, perforations… Cela n’a donc strictement aucun avantage.





    Ven 27 Avr - 17:56
    avatar
    The Guardian
    The Guardian
    Welcomeeeeeee !


    PrésentationRelationsRépertoireTimeline

    STAMPS:
     

    BANNIÈRES:
     
    Ven 27 Avr - 23:46
    avatar
    Emploi : Médecin.
    Can break all your bones while naming them
    Can break all your bones while naming them
    COUCOU TOI :doge: :doge:
    NICAISE :roulade:
    PINOCCHIO :roulade: :roulade:
    JTM FORT :kiss:

    Tu sais où trouver le staff si jamais tu as des questions, on aime les questions :cate: ♥️

    :kiss:


    Sam 28 Avr - 12:26
    avatar
    Emploi : Sans emploi
    Dragon de poche
    Dragon de poche
    Bienvenue ! ♥️

    J'aime beaucoup ton avatar :plz:

    Bon courage pour ta fiche ! ♥️
    Sam 28 Avr - 17:17
    avatar
    Emploi : Directeur de Musée
    I NEVER SAY “NO”
    I NEVER SAY “NO”
    Oh ouiiiii pauvre Pinocchio...

    Sam 28 Avr - 18:39
    avatar
    Puppet Boy
    Puppet Boy
    Yop Yop!
    Merci pour les bienvenus ♥️♥️

    J'avance doucement sur mon petit bout, j'espère qu'il vous plaira ♥️
    Sam 28 Avr - 23:08
    avatar
    Emploi : Sculpteur Chocolatier
    Michel-Ange
    Michel-Ange
    Welcome !
    Fiche lue à l'instant et j'aime beaucouuuuup *-*


    Découvrez mes Tableaux Pinterest : Insomnia. - Avatars Gifs - Passion Chocolat - Sculptures
    Dim 29 Avr - 14:53
    avatar
    Puppet Boy
    Puppet Boy
    Merci mon bon Léonard ♥️

    ET CETTE FICHE EST FINIE /o/
    Il manque surement pleins de trucs par rapport à ce que je voulais à la base mais j'ai une mémoire courte donc je sais pas quoi 8'D /fuit/

    J'espère qu'il y aura pas trop de truc à modifier eheh
    Dim 29 Avr - 15:12
    avatar
    The Knight The Patriot
    The Knight The Patriot

    bravo tu es validé !

    Alors...hm...*essuie la bave et change de pantalon* cette fiche c'est...magnifique. Tous les détails important sont présent, les explications sont concises ont comprend les changements de Pinnochio qui sont logique, il ne tombe pas dans l'excès en décidant d'aller vendre son corps pour justifier tout le reste. Il garde une fierté et un amour propre presque attendrissant malgré tout ce qu'il à vécu et son amour pour ses petits frères de rue est vraiment adorable. Je pense qu'il s'entendrait très bien avec mon petit Mozart SDF ! *tousse* bref je n'ai rien à redire, c'est beau, c'est bien écrit, une seconde lecture et une sous lecture de l'oeuvre. Un personnage bien investit et un conte parfaitement compris, j'en pleurerait presque. Bref je te valide avec grand plaisir et je suis ravi de te compter parmi nous, alors bienvenu à toi et amuse toi bien sur Insomnia !

    Maintenant que tu as rempli la tâche qu'était de remplir ta fiche, je t'invite à aller remplir de quoi finaliser ton inscription.Pour recenser ton avatar, c'est par ici. Pour que ton personnage ait un lieu de travail, je te conseille également de te rendre pour remplir un formulaire et obtenir un logement. De même si tu veux un joli rang sous ton pseudo, tu peux venir en réclamer un à cet endroit. Et le plus important, n'oublie pas de recenser ton métier ! Et pour finir, venez recenser d'où vient ton personnage' ♥️ !



    --


    Merci à Echo pour le cadeau !:
     
    Contenu sponsorisé
    Page 1 sur 1

    Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

     :: Pour commencer  :: THE INTRODUCTION • PRÉSENTATIONS :: LES ŒUVRES PUBLIÉES
    The Puppet Boy [fini]

    Sauter vers: