« Il est des choses qu'il vaut mieux entreprendre que refuser, quand bien même la fin risque d'être sombre. »
J. R. R. Tolkien
Insomnia
« EL Burlador de Sevilla » − Don Juan
RSS
RSS

« EL Burlador de Sevilla » − Don Juan
Jeu 12 Avr - 16:25
avatar
Création
Création

TENORIO JUAN
IRAE

1630
Il y a 50 ans
Prostitué par dépit
Moyen
Camus - Uta no Prince-sama

 Je suis méchant, je suis le maaaaaaal. Bouaaaaaah.
Pouet.

Histoire
▶️

PERSONNAGES


DON JUAN TENORIO.
GATALINO , le chat.
AMOUREUX TRANSI.
POLICIER 1.
POLICIER 2.
CLIENT.
Musiciens de la taverne.






PREMIÈRE PARTIE

( IL Y A CINQUANTE ANS, SUR INSOMNIA )

Don Juan, échoué.

DON JUAN
AH ! Par l'enfer ! Je brûle et ne brûle plus, tout à la fois. Où suis-je ?
( se redresse ) Je ne connais ces lieux, mais diable qu'il fait froid !
(se frictionne, autour de lui, la neige a brûlé ) Autour de moi rôdent encore les flammes d'Ulloa, son regard, et son Dieu sur moi. Et Catalinon qui n'est plus à mes côtés ! Serait-ce l'Autre-monde ? Me suis-je repenti assez ? Je bénis le Dieu d'ici, et lui baiserai volontiers les pieds.
Ah voilà qui est si soudain, j'ai faim et soif. Je ne pourrai me rassurer qu'avec quelques victuailles.
( nettoie ses vêtements, frigorifié et vérifie sa hanche ) Ah, ma belle épée ! Ils me l'ont laissée ! Je peux demeurer dans les entrailles du monde, mon épée à ma hanche.
( Tout bas ) Je n'ai pour l'heure pas connu de paysages semblables dans tout l'Espagne et l'Italie... Il me serait bien aise de savoir si d'autres femmes vivent en ces lieux.
(se fige) Ah non, point de femmes ! J'en ai assez de ces femmes ! Plus de femmes, plus d'Enfer ! À moins que je ne sois déjà dans ce dernier. Et je ne sais si je préfère les flammes de passion ou le néant de la glace.

Il s'en va.



( SEPT ANS PLUS TARD, CHEZ DON JUAN )

Entre l'Amoureux Transi, en pleurs, et Don Juan, froid.


AMOUREUX TRANSI
Tu n'aimes donc vraiment rien ni personne ?

DON JUAN
As-tu seulement compris mon nom ? J'aime tout et tout le monde.
( À part ) Tant que cela me sert.

AMOUREUX TRANSI
Ne peux-tu donc pas m'aimer pour le restant de nos vies ?

DON JUAN
L'immortalité m'anime de désirs divers et variés.
( À part ) Surtout variés.
( Haut ) Je ne pense aux restes.

AMOUREUX TRANSI
Je t'en prie, réfléchis. Je suis un bon parti, je possède argent et confort.

DON JUAN
Tout comme je le suis. Pense à Gatalino, il ne t'aime pas.

AMOUREUX TRANSI
Nous pouvons en adopter un autre ?

DON JUAN
( Irrité ) Je peux tout autant aimer d'autres personnes.
Ah, tu me fatigues. Assez ! Cette discussion n'a de sens. Fuis loin, ou je t'entraîne dans mon mal.

AMOUREUX TRANSI
( Amer ) Comme tu le voudras, mais tu me regretteras !
( À part ) C'est moi qui t'entraînerai dans mon mal... et tu ne pourras plus jamais vivre serein.

Ils s'en vont.




( UN AN PLUS TARD, CHEZ DON JUAN )

Entre Don Juan, dans le salon, en pleurs et en sueur.


DON JUAN
Par tous les diables, que je sois pendu ! L'horreur se répète, mais je n'en suis la source...

On frappe violemment à la porte.

DON JUAN
AH !
( Tout bas ) Non, pas la statue ! ...

POLICIER 1
Monsieur Juan Tenorio ? Police, ouvrez !

DON JUAN
( Tout bas ) Diable, je suis perdu ! Mais au moins, ce n'est pas la statue.
( Haut ) Je viens !
( Feignant ) Que se passe-t-il ?

POLICIER 1
( Menaçant d'une arme ) Juan Tenorio, mettez vos mains en évidence et tournez-vous ! Vous êtes en état d'arrestation pour meurtre !

DON JUAN
( S'exécute ) Meurtre ? Je n'ai rien fait de tel, Sire ! Je ne suis qu'un humble banquier.
( À part ) Épris d'escroquerie, uniquement.

Policier 2 l'attrape et le menotte, le Policier 1 va vérifier dans la chambre.

POLICIER 1
J'ai trouvé le corps, on peut l'emmener.

DON JUAN
Non, ce n'est pas moi ! Je l'ai trouvé ainsi … je viens de rentrer !

POLICIER 2
( Entraîne Don Juan ) Vous avez le droit d'appeler un avocat, tout ce qui pourra être dit sera retenu contre vous.

DON JUAN
NON, NON ! Je ne suis coupable, pour une fois ! Je le jure ! AH ! Que je sois brûlé de nouveau ! Vie misérable !

Ils s'en vont.



DEUXIÈME PARTIE

( AU COMPTOIR DE LA TAVERNE, QUARANTE-DEUX ANS PLUS TARD )

Entrent Don Juan, un énième verre de rhum en main, et son client, après leur soirée.

DON JUAN
( Qui récite ) Il y a ces flammes qui brûlent la gorge, l'estomac et l'âme comme cet alcool me brûle les entrailles, chaque fois qu'il traverse mon corps. Mon âme trouvant une nouvelle fois terrifiée, froide et languie de ce mal, tandis que de souvenirs le breuvage m'inonde. Les enfers sont parfois ceux que l'on trouve en soi, mais animés ils le sont, lorsque les lèvres font pleuvoir les paroles que jamais l'on se serait cru prononcer.

CLIENT
Tu aurais pu devenir poète, ça te va si bien ! ( À part ) Si tu n'avais pas autant bu.

DON JUAN
( Rit aux éclats ) Purée, poète. Ça m'aurait foutu le cerveau dans le rhum, j'aurais claqué quelques fesses sans qu'on me dise quoi que ce soit, mais au moins, j'aurais eu une belle maison.

CLIENT
Tu serais célèbre.

DON JUAN
Bah... pas besoin d'être poète pour être célèbre. La célébrité m'a pas payé ma liberté.

CLIENT
Tu parles comme si … ( Le rattrape ) hey ! Tu as assez bu comme ça ! ( Le cale sur son bras et lui prend le verre des mains ) Tu parles comme si tu savais.  

DON JUAN
( Essaie de s'éloigner ) Eh, quoi ? Si je l'ai été, qu'est-ce que ça fait ? Je suis fils de noble, moi, Monsieur. Un caballero, fils de Don Diego Tenorio, Grand Chambellan de Sa Majesté le Roi de Castille !
( En voyant son expression ) Oui, mon cher ami, tu as cet imbécile crasseux sous tes yeux. Ce Don Juan épris des femmes.
( À part ) Quoique épris soit un mot plus romantique.
( Haut ) Un homme de rien, qui a commencé homme de tout.
Attend. Je te vois déjà venir : "qu'est-ce qu'il raconte comme conneries encore, celui-là ?"
Non, vraiment. Tu ne me crois pas ? Je peux te la faire si tu veux : la petite comptine.

CLIENT
( L'attire contre lui ) C'est pas que je ne te crois pas... mais LE Don Juan... Il y a bien eu des choses avant que tu n'en arrives à mes bras, non ?

DON JUAN
( Rit aux éclats, mais s'assombrit ) Tes bras ! Ne crois pas que tu sois privilégié pour plus d'un soir. Je n'appartiens qu'à moi-même. Après tout, je suis fils aîné du Chambellan, de la vieille lignée des conquistadores de Séville, les Tenorio. Je suis homme ayant accompli maintes conquêtes, homme d'honneur qui ai vaincu mes ennemis, et protégé le drapeau de mon pays. Je suis un caballero, et cela, même l'Enfer le reconnaît.
( Il boit une gorgée en volant le verre )
Écoute.
Et tu sauras.
Comme l'homme peut fondre par le mal.


Entrent des musiciens.

DON JUAN
Je devais épouser Doña Anna de Ulloa, et faire un mariage juste, pour gérer mon domaine. Mais j'ai préféré courir le risque de mordre à pleine dents, avec l'envie de tromper. Accompagné de mon valet, j'ai vaincu le cœur de femmes sur mon chemin.
(À part) Et pas que le cœur.
(Haut) J'ai dupé la Duchesse Isabela en Naples, me faisant passer pour son amant. Attrapé dans mes filets, la pêcheuse Tisbea.
( À part ) Et quelle belle pécheresse !
( Haut ) Cueilli Aminta, volée à son mari. Que crois-tu que j'ai été ? En dérobant cet interdit le jour-même de leur noce ? Il n'est plaisant que cela : cette sensation de se délecter, de passer sa langue sur l'adrénaline. Sur les corps de ces demoiselles qui finissaient par n'y plus résister.
Ah que je les aimais ! Pour leur naïveté.
Seule Doña Anna a été assez intelligente pour ne pas sombrer dans mes bras. Ah et quelle demoiselle !
( Se fâche ) Mais quels idiots, les hommes, ridicules, pensant les défendre ! Si Don Gonzalo Ulloa m'avait laissé faire, il ne serait pas mort ! Quel imbécile ! Et voilà qu'il est mort, et qu'il me traîne en Enfer !
( S'emporte ) Oui, tu m'entends ! J'ai tué et bien tué ! J'ai menti, fourvoyé. J'ai volé leurs identités. Tu sais comment on m'appelait ? L'Abuseur de Séville ! Je suis Don Juan, tu m'entends ? Don Juan, ce si célèbre séducteur, cette référence, ce Mal.
( L'émotion le prend ) AH ! Plus jamais de statue qui bouge et qui me dit qu'elle aimerait dîner avec moi ! Ou j'appelle les meilleurs hommes de chantier et j'en fais mon porte-lit.

CLIENT
( L'enlace ) Tu... as l'air vraiment affecté...

DON JUAN
Non. Mes sentiments n'existent pas. Ma peur n'existe pas. Tout n'est que mensonges. JE suis un mensonge.

CLIENT
Juan, tu as trop bu. Viens, je te raccompagne.

DON JUAN
Non, non ! ( Le repousse ) Laisse-moi tranquille ! Les souvenirs d'Ulloa me rendent irritable, je pourrais dire des choses que je regretterais.

(Le Client s'en va)
DON JUAN
Je les hais tous. Les dîners, les amoureux, les femmes et les statues qui bougent.
(Il s'en va)





( CHEZ JUAN, APPARTEMENT QU'IL GARDE SECRET )


Entre Don Juan, se défaisant de ses vêtements, saoul et las.


DON JUAN
Qu'est-ce que j'donnerais pour refaire ( encore, oui ) ma vie... Ah, ça m'apprendra à vouloir faire ce que je veux sans réfléchir. Gatalino ? Gatalino ? Je suis rentré.

Entre Gatalino.

DON JUAN
Tu as passé une bonne soirée ? Viens, mon tout beau.

GATALINO
Meow.

DON JUAN
( Manque de tomber et s'affale sur le canapé ) Là, là. Ne t'inquiète pas. Tu as bien mangé ?

GATALINO
Meow.

DON JUAN
Oui, je sais. Mais c'est à cause d'un client, il m'a fait ressasser des trucs... ne manquerait plus qu'il me demande ce que j'ai fait dans mes chiottes hier soir.

GATALINO
MEOW !

DON JUAN
N'est-ce pas ? C'est scandaleux. M'enfin, tu sais bien que si je leur disais que j'avais passé mon temps à escroquer les gens, on 'voudrait plus d'mes fesses. « Pardon mais, j'ai travaillé dans une banque, et j'ai fait croire que je pouvais envoyer tout le monde hors d'Insomnia » . Non, ça 'le fait pas. 'Faut bien que je te paie les fameuses croquettes de luxe au saumon, non ?

GATALINO
( Ronronne et se pose sur les genoux )

DON JUAN
( Le caresse ) Et puis... je n'avais pas envie d'expliquer... pourquoi trente ans de prison, pourquoi le cul, pourquoi l'alcool. Pourquoi quoi ? Non mais. Ils me sidèrent.
Assez des amoureux transis ! Assez de ces gens qui me veulent ! Il en a suffi d'un seul pour que je me trouve en taule ! Non merci, jamais.
Ils sont trop naïfs. Pas plus différents que ces bonnes femmes.
Je n'ai plus envie de faire attention à tout ça, depuis. Je n'ai plus de femmes à séduire, Gatalino. Parfois, je n'ai plus envie de porter mon nom. J'ai juste envie de roter, de me gratter les burnes et de me dire que je peux manger une glace en tachant mon t-shirt. Tu crois que c'est faisable ? Tu crois que je peux vivre comme ça, sans me faire juger tous les jours ? Sans être la personne qui cherche tout le temps à séduire ?

GATALINO
( S'endort sur lui )

DON JUAN
( Soupire ) Ah Gatalino... si seulement tu pouvais parler. Je suis sûr que tu s'rais plus futé que mon valet. Mais Catalinon n'était pas si bête que ça, il était juste trop croyant. En attendant, il n'avait pas tort. C'est l'Enfer qui nous domine aujourd'hui. Il s'arracherait les cheveux en me voyant.
( Plus sombre ) Je suis mauvais, Gatalino... les gens me considèrent comme mauvais, alors je le resterai. Je prendrai cette bannière, pour assouvir les moindres désirs. Pour être à l'aise avec moi-même.
Pour ne pas regretter de fêter mes tromperies.
( Le prend dans ses bras )
Allez, viens, on va dormir. Je parle trop, quand je bois.
C'est pas ressasser qui va nous nourrir.




FIN


Caractère
Qualités
  • • Courtois
  • • Comique
  • • Parfois attachant
  • • Charmeur
  • • Charismatique
  • Défauts
  • • Menteur
  • • Radin
  • • Égocentrique
  • • Opportuniste
  • • Orgueilleux

  • de physique – S'il y a un homme dont le charme et le charisme n'ont jamais fait défaut, c'est bien Juan. Même si sa taille n'est pas celle d'un grand homme – et ne l'a jamais été, son mètre soixante dix-huit lui donne assez d'élan pour lui offrir l'élégance et l'allure.

    Svelte, il n'est pourtant pas du genre à faire du sport et préférera larver quelque part avec une bière en main que de s'épuiser à une activité sportive, autre que celles du lit.
    Cela ne l'empêche pas d'être très doué à l'épée.

    Il est beau, c'est certain. Avec ses cheveux châtain et son regard azuré, chose qu'il n'avait du temps de sa création, hispanique qu'il est.
    Porter des lunettes ou des lentilles pour sa légère myopie, n'a jamais entaché ses nouvelles habitudes sur Insomnia.
    Sa peau blanche de noble, immaculée, demeure et c'est loin de lui déplaire. Cela ne l'empêche pas de rôtir comme une merguez dès que le temps le permet, il apprécie d'autant plus se dorer la pilule.

    Don Juan, chevalier qu'il est, a tout de même gardé ses manières et le fait savoir dès qu'il le peut.
    Les quelques épisodes de sa vie et notamment ses années de prison ont eu raison de cette arrogance due à son statut, ce qui fait que souvent il ne prend pas soin de lui comme on l'espèrerait, et préfère se contenter de vêtements un peu ringards et démodés.
    Autant éviter de le voir chez lui, car ce serait un crime pour les yeux.

    Mais ce qui l'intéresse d'autant plus c'est de se déguiser de maintes façons, et d'incarner un rôle à chacune de ses sorties. Ça peut surprendre plus d'un de le voir en pirate, en barman, en légionnaire... que sais-je, mais c'est ça aussi qui attire l'amusement et les regards.


    de caractère – C'est un caractère à part entière, qu'est ce Don Juan. Personnage à l'origine cynique, vicieux calculateur, malsain, et imbu de lui-même, il s'est toujours cru au dessus des lois et au-dessus des préceptes.
    Autant dire dans l'immédiat qu'il n'a jamais éprouvé un seul remord sur aucune de ses tromperies, et plutôt flatté d'avoir été surnommé l'Abuseur de Séville, il a longtemps voulu poursuivre ses méfaits pour augmenter sa [mauvaise] célébrité.

    Orgueilleux, c'est un opportuniste qui ne supporte pas perdre et qui est très mauvais joueur. Il est si confiant de ses capacités qu'il le vit mal dès qu'il subit un échec, échec qui ne s'est manifesté que par les flammes de l'enfer et son séjour en prison.

    S'il peut paraître antipathique pour beaucoup, avec la réplique facile, il reste un espagnol et détient ce sang chaud si caractéristique, accentué par sa passion de la musique, de la danse et de la drague.
    Ce n'est un secret pour personne : Don Juan est le plus grand conquistador de l'histoire de la littérature. Conquistador de cœurs et de coucheries, c'est un homme qui en profite et qui ne le cache pas.
    Après tout, sa conception de l'amour est bien différente et ne repose que sur la résistance – ou non – d'autrui à ses charmes.

    Et si ses défauts sont innombrables et paraissent interminables, il ne reste pas moins quelqu'un d'attachant lorsque l'on veut bien le connaître.

    N'ayant jamais perdu de sa courtoisie ni de son charisme, l'envie de ne plus faire usage de l'hypocrisie s'est quand même développée en lui sous forme de syndrome de la beauferie, ( pas forcément meilleur, cela dit ).
    Il paraîtra alors plus relâché, cherchant à dire ou faire clairement ce qu'il pense et ne plus le dissimuler. Ce qui peut créer des conflits. Ses années en compagnie de gens de la taverne ne lui auront pas donné l'occasion de s'améliorer en ce sens.  

    Il garde une certaine joie de vivre malgré les antécédents et respire plutôt l'indifférence et la distance avec le monde qui l'entoure.
    Le problème étant qu'à force de se distancer, la solitude pèse de plus en plus sur ses épaules. Mais il ne veut pas assumer que sa vie actuelle n'est pas ce qui est meilleur pour lui, ni qu'il a besoin d'autres pour exister.
    Et cette fois-ci, point de Catalinon pour le lui faire remarquer.



    Jeu 12 Avr - 16:27
    avatar
    Emploi : Gérant du casino illégal
    Indépendants
    Indépendants
    REBIENVENUUUUE
    CETTE FICHE CE VAVA AAAAAH jxnsqkjnxsx

    *tousse* hâte de rp avec ce monsieur :huhu:
    Jeu 12 Avr - 16:29
    avatar
    Emploi : Détective privé
    Guide du bas de la falaise
    Guide du bas de la falaise
    *Bez DJ dans un coin sombre* :cate:

    Rebienvenue avec ce bô personnage ! Hâte de RP avec ce cher DJ :cate: <3


    Spoiler:
     

    Jeu 12 Avr - 16:34
    avatar
    Emploi : Médecin.
    Can break all your bones while naming them
    Can break all your bones while naming them
    TON AVATAR ENVOIE DU BOIS, TON PERSONNAGE AUSSI, ET LA FICHE EST LONGUE ET COMPLETE JTM :whut:


    Jeu 12 Avr - 16:40
    avatar
    The Knight The Patriot
    The Knight The Patriot

    bravo tu es validé !

    Alors étant une très grande fan de théâtre, j'adooooooore ton interprétation, j'adore le changement de caractère qui se défini complètement entre avant et après la prison, le bad boy de Seville qui devient un petit thug :whut: j'aime son caractère qui reste tout de même fidèle à son origine tout en ayant bien évolué de façon réfléchit jusqu'à quelque chose de tout à fait agréable ! Entre un personnage hanté par son passé et anxieux de son avenir qui refuse de vivre le présent en l'oubliant dans l'alcool et les conquêtes, quoique...plus tant de conquête que ça apparemment :huhu: en tout cas c'est avec plaisir que je te valide une troisième fois ! Re-bienvenu parmi nous et amuse toi bien sur Insomnia !!

    Maintenant que tu as rempli la tâche qu'était de remplir ta fiche, je t'invite à aller remplir de quoi finaliser ton inscription.Pour recenser ton avatar, c'est par ici. Pour que ton personnage ait un lieu de travail, je te conseille également de te rendre pour remplir un formulaire et obtenir un logement. De même si tu veux un joli rang sous ton pseudo, tu peux venir en réclamer un à cet endroit. Et le plus important, n'oublie pas de recenser ton métier ! Et pour finir, venez recenser d'où vient ton personnage' ♥️ !



    --


    Merci à Echo pour le cadeau !:
     
    Contenu sponsorisé
    Page 1 sur 1

    Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

     :: Pour commencer  :: THE INTRODUCTION • PRÉSENTATIONS :: LES ŒUVRES PUBLIÉES
    « EL Burlador de Sevilla » − Don Juan

    Sauter vers: