« Il est des choses qu'il vaut mieux entreprendre que refuser, quand bien même la fin risque d'être sombre. »
J. R. R. Tolkien
Insomnia
Heart Beats Fast [Terminé ?]
RSS
RSS

Lun 9 Avr - 5:31
avatar
Emploi : propriétaire de l'Abysse/ ex-psychologue
Dans les bras de la nuit
Dans les bras de la nuit

Le Joueur de Flûte
Ir ae

~1300
Il y a 50 ans...
Propriétaire de Night-club / ex pshychologue
Riche
Légère hypnose auprès de plus jeunes, dans un rayon cependant réduit...
Clive / Jack the Ripper - Cyphers

Et c'est reparti pour un tour ! Inutile de me présenter à nouveau, n'est-ce pas ? On commence à se connaître, vous et moi... ( ͡~ ͜ʖ ͡°)  

Histoire
▶️ ♦️ S U R  L E  P A P I E R ♦️

Il me faudrait donc compter encore mon histoire ? Ha ha... Très bien, si c'est là ce que vous souhaitez... mais n'attendez pas de ma part que j'offre réponse à toutes vos questions... vous n'aurez que ce que je veux bien vous dire.

Il était une fois...car c'est bien ainsi qu'il faut commencer, n'est-ce pas ? Il était une fois un jeune joueur de flûte itinérant, tout de couleurs vêtu, qui venait d'une contrée fort lointaine. En quête d’expériences enrichissantes, il allait ici et là, jouait tantôt pour de riches commerçants, tantôt pour le petit peuple. Dans chaque ville, chaque village, l’accueil qu'on lui faisait différait, mais lorsqu'il repartait, chacun gardait de lui un souvenir poignant. Le Joueur de Flûte jouait de nuit comme de jour, mais à ce que l'on disait, la Lune était sa plus fidèle compagne, et semblait se refléter au sein de ses prunelles dorées.

Son arrivée à Hameln, d'abord passée inaperçue, allait pourtant marquer un tournant des plus tragiques pour la petite ville d'Allemagne... Mais cela, personne n'aurait pu s'en douter. Les habitants avaient déjà beaucoup à faire à cette période, entre la famine qui sévissait chaque jour davantage, l'hiver déjà proche, et depuis peu, une nouvelle nuisance tout à fait singulière... Des rats. De gros rats noirs parcouraient les rues, installés par milliers, agressifs et prêts à mordre qui tenterait de les faire décamper. Témoin de ces curieux événements, le Joueur de Flûte ne semblait pourtant en aucun cas surpris, ni même effrayé, si bien qu'il resta en ville.

Un jour, alors qu'il s'amusait à dispenser une mélodie des plus charmantes sur la grand Place, il fût témoin de la fatigue des habitants et de l'incompétence manifeste de leur Maire à tous ; un homme dont il devinait l'avarice. Par pur désir de se distraire, il se glissa parmi la masse hurlante et colérique que formaient le peuple de Hameln et écouta leur désir à tous : que les rats s'en aillent, tout simplement...
Ce souhait étant des plus réalisables aux yeux du jeune homme, il décida de proposer ses services au Maire. L'Homme, d'abord sceptique, lui rit au nez en apprenant la somme qu'il désirait en échange du départ des rats : une pièce d'or par animal... un prix tout bonnement astronomique ! Mais il y avait plus de rats que l'on ne pouvait en compter à présent, et attendre plus risquait de véritablement plonger Hameln dans un désespoir sans nom... Alors, songeant qu'il pourrait de toute façon choisir de ne pas le payer une fois le moment venu, le Maire accepta le marché en se frottant les mains, se contentant de demander son nom au jeune homme.

« - On m'appelle Le Joueur de Flûte, tout simplement... dès ce soir, les rats quitteront tous la ville de Hameln. Je ne demande qu'une chose, qui est essentielle : que tous les habitants s'enferment chez eux, et que personne ne quitte son foyer cette nuit. »

Les consignes furent partagées à tous, et le Maire se félicita de son affaire. Si l'étranger disait vrai, alors aux premières lueurs du jour, il n'y aurait plus un seul rat en ville...et tous loueraient le Maire d'avoir réussi à les débarrasser de ces sales parasites ! Ah, comme il était bon, comme il était grand. Sans nul doute le meilleur Maire qu'Hameln ait eu jusque là...

Tandis que tous regagnaient leurs maisons pour s'y enfermer, une fois que le jour eut fait place à la nuit, Le Joueur de Flûte, seul et munit de son unique instrument, s'avança dans le bourg. Là, il porta sa flûte à ses lèvres puis entama une mélodie très douce et terriblement triste, que tous les habitants, bien qu'ils furent calfeutrés chez eux, entendirent. Ce petit instrument, entre les mains de son propriétaire, pouvait donc produire quelque chose de si poignant...
Peu à peu, au son de sa flûte, les rats quittèrent maisons et réserves, accoururent dans les rues, se réunirent tous autour du Joueur. Ce dernier, une fois qu'il fût certain de les avoir unanimement rassemblés, commença à marcher, lentement, vers les portes de la ville. Le Joueur de Flûte ne s'arrêta pourtant pas là, poursuivant jusqu'à atteindre un grand pont non loin, en dessous duquel coulait la Weser. S'immobilisant, il cessa alors de jouer, et ses yeux, terriblement perçants, se posèrent sur les rats. « Sautez. », ordonna-t-il. Et les rats, un à un, allèrent se noyer dans le courant de la rivière. Quand tous eurent péri, satisfait par son affaire, le Joueur de Flûte rangea son instrument et regagna Hameln pour y récupérer son dû.

À la maison du Maire, il frappa trois coups, et attendit patiemment qu'on lui répondît. Puis, trois autres coups. Le Maire, mal éveillé, le reconnu tout juste, et quand le flûtier lui dit qu'il venait pour l'or, il rit au nez du jeune homme. Cet imbécile heureux de Joueur de Flûte n'avait tout de même pas cru qu'il allait réellement le payer une pièce d'Or par animal, n'est-ce pas ? Comme l'étranger allait frapper à d'autres portes, quelques habitants sortirent de chez eux, et lui rirent pareillement au nez. Enfin, on commença à lui jeter des pierres au visage, et à réclamer qu'il quitte la ville pour rejoindre les rats, puisque ces derniers l'appréciaient tant ! Le Joueur de Flûte, contraint de s'exécuter, s'éloigna pourtant avec le sourire aux lèvres. Il y avait en ce monde certaines choses qui valaient bien plus que de l'or, et cela, il le savait bien...

Le lendemain, tous avaient oublié ce malheureux incident, si bien que le Maire jugea bon d'organiser un banquet afin que l'on puisse fêter le départ des rats. Remplis de joie par la paix retrouvée, tous les habitants, laissant leurs enfants à la maison, s'y rendirent pour danser, chanter et manger. Ce fut l'un des plus fastueux banquets depuis plusieurs années ! Naturellement, on loua le mérite du Maire ; il était le héros du jour.
Tandis que la fête battait son plein, une silhouette, familière et colorée, s'avança dans le centre-ville. Les yeux clos, Le Joueur de Flûte commença à jouer une mélodie joyeuse, si entraînante que même les oiseaux y joignirent leur chant. Naturellement, les habitants qui faisaient la fête n'entendirent rien, mais les enfants, eux, écoutèrent la mélodie, se laissèrent happer par son rythme espiègle. Et bientôt, tous avaient rejoint Le Joueur de Flûte à l'entrée de la ville, portant même petits frères et petites sœurs dans leurs bras afin qu'ils puissent aussi profiter de la joie ambiante. Souriant paisiblement aux enfants, le jeune homme passa les portes de la ville sans cesser de jouer ; tous le suivirent. Ils quittèrent la ville, traversèrent le pont, puis gravirent les montagnes et disparurent. Du Joueur de Flûte ou des enfants, l'on ne retrouva jamais aucune trace. Le Maire, premier responsable de ce drame, n'eu que ses yeux pour pleurer.

Parfois, il serait possible d'entendre des rires d'enfants depuis le pont qui traverse la Weser... À moins que ce ne soient des cris ?

C'est ainsi... oui, c'est ainsi qu'il me semble que les choses se sont déroulées... à moins qu'il n'y ait jamais eu de rats... mais dans tous les cas, ces enfants m'ont suivis jusque par-delà les montagnes... et jamais je ne les rendis à leurs parents.    

♦️ I N S O M N I A ♦️

La première impression qu'il m'ait été donné d'Insomnia ? Sombre et glacée. Il faut dire que je me suis éveillé en ces lieux sur le bord du rivage, rejeté par les eaux et du sable plein la figure. J'étais seul lorsque c'est arrivé, aussi ai-je du me débrouiller par mes propres moyens pour trouver la force de me lever, d'avancer. La lueur lointaine d'une ville devant moi a été ma seule source d'espoir, jusqu'à ce que je ne l'atteigne, épuisé, et que l'on me vienne enfin en aide. Je n'étais donc pas seul ici, d'autres étaient arrivés de la même manière, ou bien à d'autres endroits... mais personne ne savait vraiment pourquoi nous étions là. Nous vivions, tout simplement. Et bon nombre de surprises plus ou moins agréables nous attendaient encore...

Au début, j'ai vécu comme on me le proposait ; ma flûte avait disparu, aussi me pensais-je impuissant dans ce monde qui m'était encore étranger...mais je constatais rapidement que j'avais fait erreur, et qu'il me restait bien quelque chose. C'était faible et encore un peu maladroit, mais c'était bien là. Une habilité dont il me fallait réapprendre à me servir...
En parallèle, s'adapter à toute la nouvelle technologie présente à Insomnia ainsi qu'à sa population intégralement masculine demanda quelques ajustements... sans oublier ce corps qui n'était pas le mien... j'étais passé du jeune âge à une vingtaine bien marquée, mais quelque part cela ne me déplaisait pas tant, et puis ce n'était pas tellement comme si j'avais eu le choix. Je m’accommodais donc assez vite somme toute, et après quelques années, j'ouvrais un petit établissement sans trop de prétention, un bar faisant aussi office de night-club que j'appelais « L'Abysse », non sans une certaine note d'humour noir. Les habitants d'Insomnia avaient aussi le droit de s'amuser, après tout, même si ce n'était que le temps d'un soir... Les recettes étaient bonnes, et l'endroit devint rapidement réputé pour son ambiance insolite et sa clientèle plutôt sélect. Certaines rumeurs se répandirent aussi, comme quoi l'on y trouverait du trafic de certaines substances pour le moins... illicites. Mais cela, je ne puis l'assurer, et puis, je ne suis en rien responsable des consommations de ceux qui viennent à l'Abysse pour oublier leurs vies, si ce n'est peut-être de l'alcool que je leur vends.

Curieusement peut-être, même si les choses allaient bien pour moi, je commençais à ressentir un certain malaise : le temps passait, de nouveaux habitants arrivaient chaque jour, mais rien ne changeait vraiment... je finis par me lasser de mon activité en tant que gérant de l'Abysse, et par m'éloigner quelque temps de mon propre établissement pour changer d'air. En fait, ce n'était qu'un prétexte. J'avais envie de comprendre ce qu'il se passait ici. Alors j'ai cherché, beaucoup, et longtemps. Mes apparitions à l'Abysse se firent de plus en plus rares, et je prenais peu à peu mes distances avec le reste du monde. On m'oublia tandis que je travaillais à me refaire ailleurs : croyez-le ou non, Insomnia possède bien ses institutions, et pour changer de carrière, il m'a fallu quasiment reprendre les choses à zéro. Pourtant, cela en valait la peine... ma nouvelle activité en tant que psychologue m'offrait chaque jour la possibilité de comprendre un peu mieux ceux qui m'entouraient, d'avoir une chance peut-être de pouvoir faire changer les choses...

Et puis, il y a eu lui.

L'une des premières choses dont je me souviens à son sujet, ce sont probablement ses cheveux blonds et terriblement bouclés, son allure désinvolte, un chouia chahuteuse. J'exerçais depuis peu, mais j'avais compris que ceux qui en disaient le moins souffraient souvent le plus. Ce n'est qu'au bout d'une dizaine de séances qu'il se libéra enfin du fardeau qui pesait sur ses épaules, et accepta de se confier à moi, de me parler de ses joies et ses peines. Un peu trop peut-être ; je me prenais à échanger avec lui de façon plus intime, moins... professionnelle. Nous n'étions plus un psychologue et son patient, simplement deux hommes avides de tout apprendre l'un de l'autre. C'est dans cette optique que je lui proposais, après l'une de nos séances, d'aller passer une soirée à l'Abysse avec moi ; sans pour autant lui révéler que je possédais les lieux. Il accepta. Mon bel ange avait des allures de démon sur la piste de danse, mais je n'ai jamais prétendu être tout blanc non plus... Au rythme d'un air de jazz, il se laissa aller dans mes bras, corps à corps et cœur à cœur. Je n'avais pas l'intention de profiter de ses faiblesses pour me l'approprier, je peux le jurer. Pourtant, je le voulais. Je le voulais plus que je n'ai jamais voulu quoi que ce soit auparavant... Mais les choses ne se sont pas vraiment passées comme je l'espérais.

"Heart beats fast..."

Quand je me suis éveillé le lendemain, j'étais encore tout habillé, échoué sur l'un des fauteuils de l'Abysse, mais ouvrir les yeux me fit souffrir le martyre.
En proie à la panique, j'ai d'abord cherché mon ange, bien évidemment. Mais il n'y avait ici aucune trace de lui. Seul le personnel demeurait, et l'un des serveurs me jeta un regard horrifié : je compris que j'avais été mutilé. Comment ? À ce jour, la façon dont cela a été fait demeure un mystère. Les médecins ont conclu que j'avais été écorché sur toute la largeur du visage, et que c'était certainement l’œuvre de quelqu'un d'extrêmement minutieux. Mais je m'en fichais bien. Tout ce qu'il m'importait, c'était que l'on m'avait arraché l'homme que j'aimais. Il ne restait plus rien de lui. Son dossier ? Disparu. L'adresse qu'il m'avait donnée ? Celle d'un autre. Et son nom alors ? Un surnom que nous utilisions entre nous, pour plus de confort lors de nos séances. Je n'avais rien. Rien de lui. Pourtant, et même si à ce jour, il m'est toujours difficile de me souvenir de ce qu'il s'est passé avant que je ne perde conscience, je suis persuadé qu'on me l'a enlevé. Car lui, mon ange, n'aurait jamais pu me faire ça.
Oui, on me l'a retiré. On me l'a arraché...

Mais je retrouverai le responsable.

La première vague de panique à agiter Insomnia ne m’atteignit que de loin. Après ce qu'il m'était arrivé, j'étais devenu amer, renfermé ; il me semblait inconcevable de renouer un véritable contact avec qui que ce soit, car tout le monde était suspect, tout le monde, sans exception. J'ai alors commencé à me servir davantage de mon pouvoir, d'abord avec hésitation, puis avec de plus en plus d'assurance. Tous les moyens me semblaient bons pour retrouver mon âme sœur. Qu'il me faille pervertir quelques innocents ou même me vendre au Diable, je ne reculerais devant rien. Peu à peu, mon objectif changea tandis que j'apprenais les secrets de certains, dissimulais ceux des autres. Cette ville était souillée, souillée jusqu'à l'os. Il fallait la purger, la débarrasser de son mal. Détruire pour mieux reconstruire. Seulement, il me manquait une compagne essentielle, ma chère flûte...
Et puis, comme pour confirmer mon sentiment, il y avait eu l'épidémie... Dont on apprit qu'elle avait probablement été orchestrée par une tête pensante, un inconnu qui se révélait soudainement et au « bon moment ». Notre « Maire » ?

Ce jour-là, je n'ai pas été capable de retenir mon rire, un rire de fureur, un rire de haine, un rire nerveux. Cet incompétent prétendait être notre Maire, vouloir nous aider ? Cela avait des airs de mauvaises blagues, comme si je me retrouvais de nouveau à Hamelin. Le parallèle était comique, ou plutôt, tragique. Puis, mon regard sanglant s'est posé sur le nouveau venu, qui s'adressait à tous d'une voix claire. Représentait-il un avenir qui conviendrait à mes attentes ? Cela, il me faudrait encore le déterminer par moi-même...

Caractère
Qualités
  • • Attentif
  • • Déterminé
  • • Compréhensif
  • • Protecteur
  • • Excellent Musicien
  • • Joueur
  • Défauts
  • • Absent
  • • Silencieux
  • • Intimidant
  • • Parfois violent
  • • Furieux
  • • Difficile à cerner
  • • Possessif
  • ♦️ C A R A C T E R E ♦️

    La colère est une constante chez lui, bien qu'elle soit difficilement discernable au prime abord pour qui ne possède pas... certaines capacités. À ses débuts à Insomnia, il était d'un naturel assez léger -même volage-, à saisir les plaisirs d'un jour (ou plutôt d'une nuit) comme ils se présentaient, et à profiter de l'instant présent. Néanmoins, cette tendance s'est pas mal calmée avec son vécu et les années qui passaient ; il a grandi, tout simplement. Malgré tout, il y a de ces choses que l'on ne peut changer... Bon orateur, il sait raisonner par la parole, lorsqu'il en fait usage. Sinon, c'est quelqu'un de particulièrement silencieux et attentif, un bon observateur. Il n'en reste pas moins joueur par certains aspects, ce qui en fait quelqu'un d'assez spécial lorsque l'on apprend à le connaître vraiment. Bien qu'il n'aie pas d'enfants, la compagnie de personnes plus jeunes que lui l'apaise ; il se sent mieux quand il n'a pas à répondre du sens de la plus petite de ses actions, et surtout quoi qu'ils disent, il pense et sait que les enfants ne lui mentiront pas, ou difficilement...

    Il n'a pas tiré un trait sur son night-club, et vit même à nouveau exclusivement de cette activité, puisqu'il a relégué le métier de psychologue depuis « l'accident » dont il a été victime. Simplement, il est très rare de le croiser sur place, aussi, certains employés de l'Abysse ignorent même celui pour qui ils travaillent ; ce qui ne dérange pas du tout notre Joueur de Flûte. En ce moment, il préfère se faire discret, et simplement s'asseoir au bistrot pour commander une boisson, comme tous les autres clients. Il se fond dans la masse et le vit bien, car les moments dans lesquels il est libre de s'oublier sont pour lui les plus appréciables. Là seulement, lorsqu'un bon whisky glisse sur sa langue et lui brûle la gorge, sa soif de destruction s'efface momentanément pour le laisser se concentrer sur le rythme de la musique et les mouvements des corps qui s'agitent sous son regard. Mais cette paix n'est qu'éphémère ; que ce soit l'alcool, la musique, la danse ou le sexe, rien n'efface définitivement la douleur provoquée par un amour perdu.
    ♦️ P H Y S I Q U E ♦️

    C'est un homme assez grand et bien entretenu... même si justement, il ne s'entretient pas. Bien que sa taille puisse en intimider certains, ce n'est pourtant pas ce qu'il y a de plus impressionnant chez lui ; en effet, il y a d'abord cette chevelure blanche et ces yeux presque rouges qui vous fixent comme s'ils cherchaient à tout connaître de vous, puis ces inquiétantes cicatrices, encore douloureuses même aujourd'hui, qui ressemblent à un masque gravé au fer rouge sur sa peau claire. En temps normal, il prend le temps de couvrir ces dernières de fond de teint, pour ne plus avoir à les contempler à chaque fois qu'il croise son double dans le reflet d'une vitrine ou d'un rétroviseur. Mais il arrive aussi qu'il choisisse d'assumer cette blessure, notamment la nuit, quand personne ne peut le voir. Assez élégant, il prône le port du costume et sort rarement autrement qu'en chemise et cravate.

    Lun 9 Avr - 9:29
    avatar
    Emploi : Directeur de Musée
    I NEVER SAY “NO”
    I NEVER SAY “NO”
    Jolies petites chaussures monsieur :alk:
    Lun 9 Avr - 14:21
    avatar
    Emploi : Mettre des raisins dans les cookies
    THE CROWN OF HELL — THE LYING ONE
    THE CROWN OF HELL — THE LYING ONE

    bravo tu es validé !

    COLORS AND PROMISEEES ...tu me l'as mis dans la tête avec ton titre de fiche, damn you :whut: en tout cas comme précédemment rien à redire, une fiche très bien écrite et un personnage haut en couleur, entre la colère et l'ironie un homme qu'on a déjà trahit tellement de fois et qui continue pourtant de tenir tête au monde, nous adorons ça :huhu: quoiqu'il en soit j'aime beaucoup ton style et ta façon d'interprêter le JDF est vraiment bonne, il faut que tu saches que le JDF est mon rôle préféré dans le Loup-Garou :whut: je suis donc une vendue :depressed: en tout cas, rebienvenu parmi nous et amuse toi bien sur Insomnia ! En espérant que tu retrouves ton âme soeur ~

    Maintenant que tu as rempli la tâche qu'était de remplir ta fiche, je t'invite à aller remplir de quoi finaliser ton inscription.Pour recenser ton avatar, c'est par ici. Pour que ton personnage ait un lieu de travail, je te conseille également de te rendre pour remplir un formulaire et obtenir un logement. De même si tu veux un joli rang sous ton pseudo, tu peux venir en réclamer un à cet endroit. Et le plus important, n'oublie pas de recenser ton métier ! Et pour finir, venez recenser d'où vient ton personnage' ♥️ !




    Spoiler:
     
    Contenu sponsorisé
    Page 1 sur 1

    Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

     :: Pour commencer  :: THE INTRODUCTION • PRÉSENTATIONS :: LES ŒUVRES PUBLIÉES
    Heart Beats Fast [Terminé ?]

    Sauter vers: